Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les élus,

Nous sommes quelque peu amers, conseil après conseil, de voir se maintenir ce flou permanent qui vous caractérise.

Jamais nous ne trouvons de réponse claire et précise à nos questions sur les sujets cruciaux intéressant l’avenir de notre ville.

La seule réponse que vous avez tenté d’argumenter la semaine dernière, a fini en digression sur le nucléaire.  Cette harangue, une fois de plus, a fait litière des préoccupations quotidiennes des Lyonnais pour lesquelles nous vous interpellons en séance. 

Ne voyez là aucune caricature d’opposant ; ce flou permanent aurait de quoi en décourager beaucoup mais, persévérants, nous ne désespérons pas d’obtenir un jour de vous quelques vraies réponses à nos questions, particulièrement sur ces 2 sujets tellement récurrents qu’ils sont en passe d’en devenir obsessionnels si vous n’y portez enfin remède :

Les mobilités et la sécurité.                                                                                                     

Concernant les mobilités, notre groupe tire en vain la sonnette d’alarme depuis de nombreux mois. La situation est désormais catastrophique. Parce que le temps passant et le phénomène s’amplifiant, il s’avère de plus en plus difficile – selon la formule de Péguy, désormais consacrée – d’empêcher les Lyonnais de «voir ce qu’ils voient». Les embouteillages n’ont jamais été aussi importants et l’exaspération des Lyonnais est à son comble. Les tensions s’aggravent entre automobilistes, cyclistes et piétons ; partout l’agressivité prévaut sur la courtoisie dans les rapports entre usagers.

Vous et vos collègues de la Métropole, n’avez rien apaisé ni rien fluidifié, loin de là ! Vous avez congestionné les circulations de notre agglomération avec des conséquences désastreuses en termes de pollution et de satisfaction des objectifs du 3e PPA que vous nous soumettiez la semaine dernière. Les Lyonnais attendaient une politique inspirée par une vision globale ; prenant en compte les problématiques à toutes les échelles et soucieuse des intérêts de toutes les catégories sociales. Vous n’avez eu de cesse que d’accentuer chaque jour un peu plus les gênes et les conflits entre vos administrés englués dans toujours plus de problèmes de mobilité à cause de votre obstination à porter des politiques déséquilibrées au service seulement d’une partie des Lyonnais. Mais en la matière, vous restez fermé à toute critique ou suggestion, persuadez que vous détenez le savoir absolu et la science infuse.

Vos vérités ne sont pas les nôtres, soit !, mais vos informations pourraient l’être si elles étaient clairement communiquées ! Je reviens donc à la question simple restée sans réponse la semaine dernière.

Après avoir défendu le projet de téléphérique, puis celui du métro E, vous soutenez désormais le tramway express. Monsieur le Maire, pourriez-vous nous indiquer son tracé et nous préciser les sites et les voies extérieures impactées ? Puisqu’il s’agit du nouveau projet à la mode, vous devriez être en capacité de nous indiquer quelles rues verront passer le tramway en surface et pour qu’elle incidence sur les usages actuels ? (Avenue Menival ? Rue Joliot Curie ? Rue François Mermet ?…).

Pour ne pas abuser des désirs, je renonce aujourd’hui à celui de vous interpeller sur le milliard d’euros de différence annoncé entre le projet du Metro E et ce tramway express. Mais ce n’est que partie remise…

Concernant l’épineuse question de la sécurité, là encore, nous n’avons eu de cesse de vous alerter. Mais je crois que le 10 mars dernier, votre adjoint, Monsieur Chihi, nous apportait notre réponse sur un plateau télévisé. Il expliquait, je le cite, que : « La sécurité est une compétence régalienne, c’est une compétence de l’Etat, et donc c’est d’abord à l’Etat de se positionner sur les questions de sécurité et nous, nous n’avons pas à nous substituer à l’Etat sur cette compétence-là ». Une façon polie de dire au préfet du Rhône que son rappel à l’ordre exprimé par voie postale sur les questions de sécurité était malvenu.

Permettez-moi de vous dire, Monsieur le Maire, que ce rappel à l’ordre est tout à fait légitime en vertu de l’article L 2122-24 du Code Général des Collectivités Territoriales. Selon les dispositions de ce texte, et vous le savez bien, la Mairie est responsable de la sécurité publique et de la tranquillité publique de la commune sous le contrôle administratif du préfet.

Et à Lyon, tout particulièrement, les différentes forces de l’ordre ont toujours travaillé efficacement car agissant en complémentarité. C’est un héritage du modèle Lyonnais.

Votre adjoint lui estime que l’Etat doit d’abord se positionner. Comme la lettre de la Préfecture nous l’indique, le ministère de l’Intérieur a déjà fait parvenir 200 des 300 policiers nationaux promis en renfort d’ici 2023. En outre, une Brigade Spécialisée de Terrain a été déployée sur les quartiers de la Guillotière et de la Part-Dieu : 20 policiers travaillant avec la police des frontières et les douanes à l’heure actuelle, 31 d’ici septembre prochain. Et cette Brigade agit : 160 interpellations en un mois selon les chiffres délivrés par la Préfecture du Rhône. 84 pour vol, recette et vente à la sauvette, 22 pour violence, 19 pour usage ou vente de stupéfiants, 10 pour irrégularité de séjour.

Non, Monsieur le Maire, c’est bel et bien à vous d’agir en complémentarité et en responsabilité dans ce domaine hautement sensible et essentiel qu’est la sécurité. On est d’autant plus convaincu de l’urgence d’agir contre l’insécurité quand on lit les unes de la presse les plus récentes :

– Le 16 mars dernier, la présidente de l’Association « La Guillotière en Colère », dont je salue la détermination, expliquait recevoir 10 alertes quotidiennes –10 !- relatives aux troubles ou à la violence.

– Le 19 mars dernier : une fusillade, à la kalachnikov et à la grenade, éclatait au sein de la barre d’immeubles Sakharov à La Duchère.

– Le 22 mars dernier, un incendie volontaire est déclenché place Mazagran …

– Je ne reviens pas sur les Daltons qui n’en finissent plus de faire parler d’eux.

Cette actualité, qui place Lyon sous les projecteurs pour ces problèmes d’insécurité, nous inquiète Monsieur le Maire. J’imagine qu’elle vous inquiète aussi mais les réponses n’appartiennent qu’à vous.

Comme si cela ne suffisait pas certains membres de votre majorité contribuent à dégrader encore le climat. Peu après la manifestation contre Bayer au début du mois, certains exhibaient fièrement des tags sur les bâtiments publics au travers des réseaux sociaux au moment où les drapeaux lyonnais, français et européens étaient brûlés.

D’autres expliquaient au même moment que « la violence, symbolique ou non, est légitime lorsqu’elle est bien dirigée ». Que faut-il comprendre ?

Je vous demande Monsieur le Maire, et ce sera mon unique question sur la sécurité pour m’assurer d’obtenir réponse, condamnez-vous sans réserve cette attitude peu digne d’élus de la République affichée par certains des membres de votre majorité ?

Enfin, nous attendons impatiemment les résultats de la consultation sur la vidéoprotection de notre ville. Nous vous avons plusieurs fois interpellé sur ce sujet qui divise jusqu’à votre majorité. Pouvons-nous espérer une réponse plus nette que le renvoie systématique à votre étude en cours, dont nous ne savons plus si elle se terminera un jour. Dois-je rappeler l’insistance du Préfet et du Procureur de la République sur l’intérêt indéniable qu’ils voient au déploiement de la vidéoprotection ?

Ces inquiétudes quant à votre rapport à la sécurité s’accroissent lorsqu’on examine votre dernier Plan Lumière. En réponse aux violences régulières auxquelles les Lyonnais son quotidiennement soumis, en réponse aux violences faites aux forces de l’ordre, au plus mauvais moment donc, vous prenez la décision de plonger notre Ville dans l’obscurité ; une obscurité que seuls, désormais les éclairs de mortier viendront zébrer. Nous aurions imaginé plus raisonnable dans ces circonstances de surseoir à cette mesure.

En matière de sécurité et de mobilité, en seulement 2 ans, vous avez donc fait très fort en n’engendrant que conflictualité et immobilisme. Ce triste constat apparaît lui malheureusement bel et bien en pleine lumière et si nous sommes désabusés de la trajectoire donnée à cette ville, nous pensons encore possible de voir évoluer vos positions.

Je vous remercie.

Intervention de Yann Cucherat au Conseil municipal de Lyon du 31 mars 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.