Intervention de Ludovic Hernandez

Au fur et à mesure des Conseils municipaux, j’essaye de comprendre votre vision et celle de votre majorité pour notre ville et j’en arrive à ce constat :

Vous avez, certainement, la volonté de bien faire, mais je constate qu’avec les mesures que vous prenez, vous allez tout faire à l’envers. 

Ce projet de modification du PLU-H que vous nous présentez aurait pu nous faire espérer que la rationalité ne vous avait pas totalement quitté, mais vous nous avez réservé encore une belle surprise avec cette nouvelle méthode du :

Loger plus, mais construire moins.

Et il n’y a pas besoin d’être un spécialiste de la construction pour comprendre que votre politique de logement est un non-sens comparé à vos objectifs que vous vous êtes fixé.

Vous voulez baisser le prix du logement, mais vous allez créer moins d’offres, c’est en tout cas le résultat que vous allez avoir si on en croit ce qui est expliqué dans cette délibération et je vais vous prendre quelques exemples.

Commençons par les secteurs de mixité sociale (SMS) :

  • Vous abaissez de 1000 à 500 m² de surface de plancher (SDP) pour les 1er et 4e arrondissement et de 1000 à 800 pour les 2e, 3e, 5e, 6e et 7e arrondissements. 

Ce qui veut dire que les pourcentages de surface de plancher (SDP) demandés pour le logement social dans chaque opération seront donc augmentés et passeront de 30, 35, 40 ou 45 % selon les arrondissements et la nature des opérations

On va donc contraindre les constructeurs à augmenter significativement la part pour le logement social dans les nouvelles constructions.

Quelles conséquences cela va-t-il avoir ?

  1. PREMIÈREMENT : Pour trouver un équilibre économique, les constructeurs vont devoir reporter les coûts des logements sociaux supplémentaires sur les logements accessibles à la propriété restante, ce qui augmentera de facto le coût du m2 pour les futurs acquéreurs de ses logements. Sans compter que les constructeurs devront subissent déjà l’augmentation du coût des matières premières et des matériaux écologiques imposés.
  2. DEUXIEMEMT : Les nouveaux accédants à la propriété vont se retrouver avec moins d’offres sur le marché. Sachant que c’est l’offre et la demande qui fait le prix marché et sachant qu’il y a de plus en plus de demandes, le prix des logements va continuer de flamber. 
  3. TROISIÈMEMENT : Si les promoteurs n’arrivent pas à trouver un équilibre économique, qui semble être inatteignable au vu des nouvelles exigences de ce PLU-H, ils abandonneront tout bonnement les projets dans notre ville.

Voilà les premiers constats qui ne laissent présager rien de bon pour vos grandes promesses sur les 6000 logements sociaux (annuels) que vous ambitionnez et sous la garantie d’accès au logement « à toutes les étapes » pour reprendre votre expression.

Continuons avec l’abaissement des normes pour le stationnement automobile. Où là on y retrouve le vice inhérent de votre majorité qui est celui du volontarisme.

Pour que tout le monde comprenne bien :

  • Vous voulez abaisser les normes de stationnement automobile pour les opérations de logement dans 3 secteurs qui concernent majoritairement Lyon :
  • dans le secteur A Presqu’ile et Part-Dieu le nombre de places par logement est ramené de 0,6 à 0,1 minimum (sur 1 place pour 690 m² de surface) 
    • dans le secteur B (la majorité du territoire lyonnais) : le nombre de places par logement est ramené de 0,9 à 0,6 minimum (1 place pour 135 m² de surface de plancher) 
    • dans le secteur C (les franges de Lyon) : le nombre de places par logement est ramené de 1 à 0,7 minimum (1 place pour 108 m² de surface de plancher) 
    • dans les secteurs Aa et B : le nombre de places demandé est ramené à 0 pour les commerces, l’artisanat, l’hébergement hôtelier et touristique et l’industrie.

A contrario :

  • une augmentation des surfaces pour le stationnement vélo situé en rez-de-chaussée des opérations de constructions et accessibles de plain-pied (passant de 1,5 à 3 m² pour 60 m² de surface de plancher) 

C’est-à-dire que même, propre, la voiture n’a plus sa place dans notre ville, ça on l’avait déjà bien compris. 

Mais bon ça c’est votre rêve, votre idéal, votre Graal. 

La réalité en est tout autre, car si il est vrai que les vélos sont utiles les voitures le sont également les ventes des véhicules électriques explosent et il serait totalement utopique de croire que celle-ci disparaitront soudainement de notre quotidien pas la simple volonté d’idéalistes radicalisés à la bicyclette.

Vous ne cessez de supprimer des places de stationnements en surface, on constate d’ailleurs le grand succès de vos emplacements désertiques dédiés au co-voiturage quai GAILLETON, vous réduisez les places dans les parkings LPA au profit des vélos, et maintenant vous allez abaisser drastiquement les places de stationnements dans les nouvelles constructions.

Alors quel impact auront ces mesures, je vais vous le dire, une hausse indécente des prix des garages qui feront le bonheur de leurs propriétaires et le malheur des automobilistes moins fortunés qui ne pourront plus stationner leurs véhicules.

À vouloir vous obstiner à changer les choses par la contrainte vous créez de la rareté, cela sera favorable aux plus aisés et défavorables aux classes moyennes qui ne pourront plus se loger et devront déménager.  

Ces personnes expulsées de Lyon iront se réfugier en 2e voir en 3e couronne où mécaniquement les prix continueront là aussi de grimper.

Ce qui est désolant, c’est de voir déjà les conséquences de votre politique, le prix du m2 à Lyon a augmenté de 10,5 % en glissement annuel soit 2 points de plus qu’à Paris qui enregistre 8,6 % d’augmentation sur un an ! Chiffre mis à jour le 25/01/2022 (DRIMKI).

Cet embrasement des prix n’est donc pas prêt de s’arrêter, les classes populaires arriveront de moins en moins à se loger, les projets de construction vont se figer.

Monsieur Le Maire, en continuant de la sorte vous et votre majorité allez faire de Lyon, la ville la plus inaccessible de France.


Conseil de la Ville de Lyon du 27 janvier 2022

Rapport 2022/1525 : Avis de la Ville de Lyon sur le projet de modification n° 3 du Plan local d’urbanisme et d’habitat (PLU-H) de la Métropole de Lyon 

Intervention de Ludovic Hernandez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.