Les élus du groupe pour Lyon souhaitent remercier l’ancien président de LPA, Louis Pelaez et avec lui toutes les équipes de LPA pour le travail réalisé au cours de son mandat 2014-2020. Il a su insuffler une dynamique novatrice prenant en compte les nouveaux besoins de stationnement, la place de la voiture en ville et, bien sûr aussi, celle des 2 roues et des vélos.  

Les mesures « anti-voitures » de la majorité divisent les citoyens car elles sont souvent envisagées pour les urbains et non pour les périurbains. Par exemple, la décision de supprimer le dépose minute de la gare Part-Dieu a été prise de manière unilatérale par Bruno Bernard sans y associer les acteurs concernés, les citoyens et les élus d’opposition. 

Nous craignons que l’effet initial escompté se révèle finalement plus néfaste pour l’environnement et que les conséquences de cette suppression engendrent une augmentation significative des embouteillages et donc de la pollution, puisque tout laisse à penser que les arrêts minutes se poursuivront aux abords de la gare. 

Intervention de Yann Cucherat

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les élus, 

Aujourd’hui, nous le savons et nous le partageons, la préservation du climat à travers la diminution de la pollution de l’air et des émissions de Gaz à Effet de Serre est un enjeu majeur pour nos villes. Or, le transport est la première cause de ces émissions.

Face à ce défi climatique, LPA a su dès 2008, diversifié ses activités au-delà de la gestion du stationnement et de la construction de parkings, en développant une offre d’autopartage ambitieuse. 

L’autopartage prenant tout son sens en termes d’occupation de l’espace public puisqu’un véhicule permet de remplacer 9 à 10 véhicules individuels.

Les élus du groupe pour Lyon souhaitent à travers cette délibération, tout d’abord, remercier l’ancien président, Louis Pelaez et avec lui toutes les équipes de LPA pour le travail réalisé. Parce que depuis 2014, a été insufflée une dynamique novatrice prenant en compte les nouveaux besoins de stationnement, la place de la voiture en ville et, bien sûr aussi, celle des 2 roues et des vélos. C’est ainsi que de grands chantiers ont été lancés avec notamment la construction du Parc Saint-Antoine, le lancement du parc Béraudier sous la nouvelle place de la gare et la rénovation complète du parc Antonin Poncet.

Depuis plus de 50 ans, LPA s’impose comme une entreprise avant-gardiste, innovante et compétitive. Cette société a su devenir aux côtés des collectivités un vrai partenaire du développement de la métropole de Lyon et nous nous en réjouissons.

Désormais, face aux enjeux environnementaux qui nous incombent, c’est ensemble, avec les acteurs publics, privés, associatifs et les citoyens que nous devons inventer une nouvelle urbanité plus apaisée et décarbonée. Vous l’aurez compris, notre groupe s’attache à ce que les transformations de notre ville ne se fassent pas de manière unilatérale dans la seule intention d’assouvir des idéaux dogmatiques, mais tiennent compte des besoins quotidiens des Lyonnaises et des Lyonnais.

Or, c’est exactement l’inverse que vous êtes en train de faire en voulant supprimer le dépose-minute de la gare Part-Dieu sur lequel je souhaite m’attarder un peu.

Car si nous partageons sans retenue la nécessité de réduire le nombre de voitures en milieu urbain, se passer de sa voiture reste un luxe inaccessible à une majorité des habitants de la métropole de Lyon. Les mesures « anti-voitures » que vous multipliez sans relâche divisent beaucoup, car elles sont souvent envisagées pour les urbains et non pour les périurbains. Mais ce qui nous semble le plus fâcheux, c’est qu’à ce jour, aucune mesure alternative qualitative n’est proposée pour accompagner les Lyonnais dans ces transformations d’usage. La contrainte devient la norme, votre norme ! La suppression du dépose minute et le report des usagers sur les autres parkings de la gare semblant être suffisants et adaptés pour le nouveau Président de la Métropole.

Je tiens à rappeler qu’une fois les travaux terminés, la gare Part-Dieu deviendra une grande gare d’accueil européenne 2 fois plus grande et plus agréable. (Initialement prévue pour accueillir 35 000 voyageurs, elle en accueille aujourd’hui 120 000 et on en prévoit 200 000 en 2030. 

Comme à votre habitude, la décision de supprimer le dépose-minute a été prise de manière unilatérale par Bruno Bernard sans y associer les acteurs concernés, les citoyens et les élus d’opposition. 

Je crains que l’effet initial escompté se révèle finalement plus néfaste pour l’environnement et que les conséquences de cette suppression engendrent une augmentation significative des embouteillages et donc de la pollution, puisque tout laisse à penser que les arrêts minute se poursuivront aux abords de la gare. Et je ne sous-estime pas le mécontentement des usagers face à un accès devenu plus difficile et désormais payant pour déposer ou venir chercher les voyageurs. Parce qu’effectivement, venir à la gare avec bagages et enfants n’est pas forcément envisageable à vélo pour tous ni en transport en commun du reste.

C’est la raison pour laquelle, sur ces sujets qui représentent des symboles forts de votre politique, nous vous demandons, au-delà de concerter avant d’agir, de proposer des solutions alternatives adaptées aux Lyonnais ? Cela évitera que demain, il leur soit plus facile et agréable de prendre leur voiture pour effectuer leurs déplacements, plutôt que d’utiliser le train.

Je vous remercie. 

Yann Cucherat


Conseil de la Ville de Lyon du 17 décembre 2020

Rapport n° 2020/384 : Rapport des mandataires — Société d’Économie Mixte Lyon Parc Auto (LPA) — Exercice 2019

Intervention de Yann Cucherat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.