Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs les élus, chers collègues,

Lors d’un précèdent conseil municipal, nous vous avions déjà interrogé sur votre vision  de la vidéo-protection

Avec le temps, elle s’est transformée en une non-approche pour finir à ce qui s’apparente à une opposition.

Malgré le plébiscite de cet outil par nos forces de l’ordre, vous persistez à nier son efficacité. L’opposition systématiques entre caméras et moyens humains est d’un autre temps tant il est évident que l’un et l’autre sont liés. Aujourd’hui, très clairement, tourner le dos à la vidéo-protection, c’est assumer de ne pas considérer la sécurité des Lyonnais comme une priorité. Très concrètement, vous ne donnez pas à la police les moyens d’agir. J’irai même plus loin : vous la rendez aveugle.

La vidéo-protection dissuade les délinquants et permet aux forces de l’ordre de réaliser des enquêtes, mais donne aussi à la justice des preuves si c’est nécessaire.

Nous le disions en introduction et je le répète ici pour que ce soit bien clair : la ville de Lyon compte aujourd’hui 571 caméras. C’est très insuffisant. A titre d’exemple, Paris compte 1454 caméras de vidéo-protection, Marseille 1602 et Nice 2777.

Compte-tenue de la demande des commerçant lyonnais victimes de vols, mais aussi du fait d’un nombre d’agressions en hausse dans les transports, le préfet l’a redit : la ville de Lyon accuse un retard énorme.

Aujourd’hui, Monsieur le Maire, vous connaissez la liste précise des secteurs qui nécessitent de combler ce retard : le Ministère de l’Intérieur vous l’a transmise.

Monsieur le Maire, mettez aussi fin à votre orgueil mal placé et saisissez la main que l’Etat vous tend en matière de financements. Nous vous soutiendrons.

Après deux années d’atermoiement, vous nous avez annoncé avant l’été que l’audit promis n’avait toujours pas eu lieu.

Vous nous avez aussi dit qu’il serait mené par une ancienne magistrate de la Cour des Comptes. Je crois que cette assemblée, ou du moins  les commissions, sont en droit de se voir présenter un calendrier précis du déroulement de cet audit.

Au-delà de ces aspects pratiques, vos tergiversations – des audits, pas d’audits –  il ne s’agit plus pour vous de réussir à vous réunir mais d’agir. Les Lyonnais, votre police, Monsieur le Maire, vous demandent des actes et des gestes concrets.

J’espère que vous saurez trouver les mots pour rassurer notre  assemblée concernant ces inquiétudes.

Je vous remercie.

Intervention de Charles-Franck LEVY au Conseil municipal de Lyon du 20 septembre 2022.

Rapport n°2022/1974.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.