Intervention de Yann Cucherat

Monsieur le Maire, Mmes et Mrs les élus,

Sur cette délibération, nous attendions, nous espérions même, une offensive de grande ampleur pour la promotion d’une alimentation de qualité et de proximité. Car sur ce sujet sensible entre tous, de la santé de nos concitoyens, nous étions prêts à cheminer à vos côtés, prêts à faire exceptionnellement fi de nos réserves accoutumées sur vos options budgétaires, estimant même comme dérisoire, au regard des attentes et des enjeux, l’investissement de 7916 euros en direction la Chambre d’agriculture du Rhône visant à favoriser le dialogue ville/campagne.

 Que de promesses faites aux Lyonnais, lors de la campagne, s’agissant des circuits de proximité alimentaire !  Je vous cite : « Objectif n°1:  Lyon, capitale de l’agriculture, s’appuiera sur la richesse de l’agriculture et de l’alimentation régionale pour développer le bien-manger bio et local, du champ à l’assiette » ;  mais quelle peau de chagrin vous nous présentez là au tout début de votre saga Verte !

Pour aider au changement des habitudes de consommation de nos concitoyens en faveur d’une nourriture bio et locale il va falloir autre chose que ce catalogue d’incitations et de consignes moralisatrices éculées et, pour commencer, il y faudra consacrer davantage de moyens. 

Ce programme de réforme de l’approvisionnement alimentaire, tragiquement réduit à la portion congrue de cette modeste subvention, est bien peu inspiré.

Notre Groupe pense qu’en matière de politique alimentaire et de circuit court, il est nécessaire d’accompagner les changements de comportement de nos concitoyens en faveur d’une nourriture plus saine et surtout locale. Nous avions initié un certain nombre d’action dans ce sens et nous comptions sur vous pour poursuivre les projets et évidemment les amplifier.

  • Développer, par exemple, les marchés du soir afin de diversifier les sites d’achats de produits de qualité non transformés et à prix accessibles (à l’image de celui de la place Carnot les mercredis soir) 
    • Généraliser à toutes nos cantines un approvisionnement en produits saisonniers issus de l’agriculture biologique ou de l’agriculture locale et évidemment arrêter les importations du bio depuis l’étranger quand nous en disposons sur place.
    • Proposer des labels de qualité lyonnaise pour des produits aussi courants que, par exemple, la « baguette lyonnaise », faite d’une farine 100% locale depuis ce sud Lyonnais reconnu comme l’un des greniers à blé de France.  

Enjeu économique, sanitaire, social et environnemental, et surtout enjeu majeur de civilisation, le plan alimentation/santé devrait signer la crédibilité trans-générationelle de la politique municipale. Il exige le développement en urgence de filières d’agriculture locale et de proximité qui, pour la plupart, existent déjà. La chambre d’agriculture insiste, à raison, sur nos productions agricoles diversifiées en viticulture (Beaujolais, Coteaux du Lyonnais, Côte-Rôtie, Condrieu), en production laitière (2ème activité du département), en élevage caprin et bovin au cœur des Monts du Beaujolais, en Arboriculture, en maraîchage et horticulture, en grandes cultures céréalières au sud de Lyon. Notre département est aussi le 1er producteur français de cerises et de framboises.

Dès lors, s’impose à nous, écologistes de bon sens, le souhait pour notre ville d’une politique volontariste s’efforçant de tirer tout le profit possible des ressources locales d’une richesse exceptionnelle. Une politique soucieuse d’équilibre et pragmatique pour des lyonnais, consommateurs éclairés et exigeants, rendus accros à leur exceptionnel patrimoine gastronomique et culturel, au sens premier du terme.

Pour toutes ces raisons, et même si nous soutenons le partenariat avec la chambre d’agriculture, nous estimons largement insuffisante votre ambition pour une cause si cruciale et si noble. Nul doute qu’à ce rythme, votre projet échouera à installer durablement cet écosystème vertueux auquel aspirent les Lyonnais et les agriculteurs du territoire. 


Conseil de la Ville de Lyon du 27 mai 2021

Rapport 2021/850 : attribution d’une subvention d’un montant de 7916,16€ à la Chambre d’agriculture du Rhône pour financer son programme d’actions destinées à favoriser une alimentation de proximité pour les Lyonnais et approbation d’une convention

Intervention de Yann Cucherat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.