Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les élus,


En tant qu’édile de notre ville vous avez à préserver les acquis d’une longue tradition
d’excellence en matière de savoir-faire médicaux.


La renommée est mondiale de nos centres de recherches, groupes, PME et organismes
majeurs à la pointe de l’innovation, comme le Centre International de Recherche sur le
Cancer.


C’est à Lyon que fut pratiquée, et réussie, la première greffe des deux bras jusqu’aux
épaules. Prouesse chirurgicale partout reconnue. Lyon, largement contributrice des
progrès des sciences et des techniques, s’est toujours portée en soutien aux initiatives
individuelles ou collectives en faveur de la santé mondiale. Nous croyons en la capacité
de nos concitoyens et de nos collectivités à infléchir par leur labeur, leur génie propre mais
aussi par leurs investissements, la trajectoire correctrice de la lutte contre la maladie et le
handicap sous toutes leurs formes.


Ce n’est pas par hasard que Lyon, membre des villes santé de l’OMS, fut choisie pour
accueillir en 2019 la 6e Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de
lutte contre le sida. Ce fut l’occasion de la plus grosse levée de fonds de son histoire : 14
milliards de dollars versés à la lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme.

L’action conjointement initiée de la Ville et de la Métropole, a donc permis l’implantation prochaine de l’Académie de l’OMS sur le site de Gerland, auprès des leaders mondiaux comme Sanofi Pasteur, Merial ou Genzyme, mais aussi de nombreuses start-up des
biotechnologies.


Etablissement de formation ultramoderne, son principal objectif est de contribuer à promouvoir et à acclimater au secteur singulier de la santé le concept révolutionnaire d’apprentissage tout au long de la vie et d’atteindre les 10 millions d’apprenants dans le monde d’ici 2023.

En formant un personnel d’élite de la santé, cette école avant-gardiste doit jouer un rôle majeur dans la lutte contre les grandes pandémies. Je tiens à féliciter, pour leur implication dans ce dossier, Gérard Collomb et Georges Képénékian, ici présents, sans qui cette institution n’aurait jamais vue le jour à Lyon. Mais il y a un bémol, car désormais c’est la Région qui s’est emparée du projet en accordant une participation financière plus importante que les autres collectivités. Elle devient de facto propriétaire du bâtiment alors qu’il aurait été possible d’imaginer des solutions de copropriété ; En fonction, par exemple, du taux de financement de chacun.

La Région a accepté en effet, dans ce but, de financer, en plus de l’enveloppe initiale de 10 millions d’euros, 50%, à parts égales avec l’État, du reste à charge du soutien financier des collectivités au volet immobilier du projet.


Alors, Monsieur le Maire, permettez que je vous pose, comme nous l’avons fait à la
Métropole, ces quelques questions :

Pourquoi avez-vous laissé la Région prendre majoritairement la main sur ce dossier lancé conjointement par la ville de Lyon et la Métropole ?

Est-ce pour vous si difficile d’investir dans des projets à forte valeur ajoutée pour notre ville, en termes de rayonnement et de développement, dès lors qu’ils intéressent les sciences et techniques de pointe.

Souhaitez-vous définitivement renoncer à toute nouvelle implantation de cette nature
sur notre territoire ?


Vous rendez-vous compte des atteintes que vos orientations portent à l’image et, à travers
elle, à l’attractivité de notre ville.


Votre absence de combativité, sur des sujets aussi majeurs, nous inquiète au plus haut
point.


Lyon s’est acquis une solide réputation d’excellence dans les domaines des sciences du vivant et des biotechnologies : elle doit la conserver en continuant à faire la course en tête, c’est-à-dire en accompagnant et préservant les entreprises déjà implantées et en favorisant l’implantation de nouvelles grandes entreprises internationales ; faute de quoi le déclassement est assuré.


Mr le Maire, à travers ce projet exceptionnel d’Académie, rendu réalisable grâce à l’expertise de nos acteurs de la santé et à notre opportunisme traditionnel, vous aviez l’occasion d’infléchir avantageusement votre politique ; de conserver le cap du rayonnement et de l’attractivité qui ont fait la célébrité de notre belle citée. Tel n’a pas été le cas et nous le regrettons comme nous regrettons d’avoir perdu le leadership sur une réalisation aussi majeure initiée par nous.

Je vous remercie,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.