La conférence de presse tenue ce lundi établit définitivement le tramway express comme projet de mobilités pour l’Ouest lyonnais.

En l’absence de publication des études précises nourrissant la réflexion du SYTRAL, elle a échoué dans sa tentative de clarification du projet et envoie un signal inquiétant. Le tramway express de la ligne E est évalué à 750 millions d’euros. Il serait opérationnel pour 2031 et embarquerait jusqu’à 60 000 voyageurs par jour en réalisant un temps de trajet entre Alaï et Perrache en 15 minutes.

Le métro E, estimé initialement entre 1,2 et 1,5 milliards d’euros en fonction de sa gare d’arrivée (Bellecour ou Part Dieu Est), pouvait être prêt pour 2030, transporter jusqu’à 100 000 voyageurs par jour avec un parcours de 8 minutes entre Alaï et Bellecour.

Des atouts considérables quand le SEPAL (Syndicat mixte d’Etudes et de Programmation de l’Agglomération lyonnaise) rappelle que la croissance démographique lyonnaise a dix ans d’avance.

Or le tramway express ne prend pas en compte ces données de long cours et se focalise sur une démarche court-termiste. Cette précipitation ne traduit donc qu’une tentative des exécutifs EELV de faire oublier le désaveu du téléphérique.

Nous annoncions au lancement de la grande concertation Métro initiée par les nouvelles majorités qu’il n’y aurait pas de projet Métro à l’issue de celle-ci. Au regard de l’enjeu que représentent les mobilités lyonnaises, nous regrettons d’avoir vu juste.

Yann CUCHERAT
et les élus du groupe « Pour Lyon ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.