Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs les élus, 

Ce Conseil Municipal (entre deux scrutins où se joue notre destin national, voire celui de l’Europe )doit nous inciter à la mesure et à la solidarité par le souci exclusif et partagé du bien commun, à la reconnaissance réciproque des mérites, à des échanges plus respectueux et apaisés. C’est le vœu que je souhaite formuler en ce début de séance.

   Les services de la Ville, les bénévoles et assesseurs ont impeccablement encadré le déroulement de l’élection présidentielle et nous ne doutons pas qu’il en ira de même pour les législatives dans un mois. Ils ont donné l’exemple des formes auxquelles nous devons réciproquement nous astreindre lors de nos délibérations au service de nos concitoyens.

  Qu’ils soient chaleureusement remerciés de leur efficacité, de leur concours essentiel au plein exercice de la démocratie dans une période qui commence à beaucoup durer et où se succèdent, crises, troubles et raisons de succomber, en désespoir de cause, à la tentation des passions tristes, des idées courtes, du simplisme et du recours à la violence.  

Vaines sont, et doivent rester, les tentatives minables d’intimidation de quelques trublions contre les assesseurs dans certaines mairies d’arrondissement.

 Il n’en demeure pas moins qu’il faut dénoncer avec force ces agressions répétées, voire banalisées, à l’encontre de nos institutions et de nos élus. 

  Les responsables de ces actes inqualifiables, s’efforcent de tirer avantage des tensions sociales qu’analystes et sociologues ont, à l’instar de Jérôme Fourquet, Pierre Rosanvallon  ou Marcel Gauchet, abondamment documentées, pour aggraver, sinon produire, désordre et instabilité, leur tasse de thé idéologique.

Les difficultés conjoncturelles occasionnées par l’accumulation des crises (qu’elles soient financières, économiques, écologique, sanitaires, géopolitiques, ou encore identitaires) ainsi que la guerre aux limes de notre Europe démocrate et libérale sont également pain béni pour ces adeptes de la haine et de la violence.

      Voici revenu la tentation de la violence comme méthode et comme solution sous les espèces du radicalisme libertaire hargneux et du wokisme débridés. Prudence donc, dans votre union populaire écologique et sociale de circonstance, qui a pour regrettable tendance de vous déporter sensiblement vers un extrême auquel je suis certain une majorité d’entre vous n’aspirent pas.

   Contre les dérives de gauche et de droite, en ce début de Conseil Municipal, je souhaitais nous inviter à plus de tempérance, d’écoute et de considération dans l’exercice de notre mandat. Servons nos concitoyens de manière exemplaire, en nous respectant mutuellement malgré nos différents points de vue ; opposons le démenti d’une digne conduite aux outranciers haineux de toutes obédiences ; Renonçons au bavardage politicien, à la sur-communication stérile, aux discours agressifs, gratuitement clivants et sans véritable visée politique ; faisons collectivement preuve de sobriété, de retenu et de modestie. Les Lyonnais, comme nous tous, j’en suis sûr, apprécieront.

Je vous remercie.  

Intervention de Yann Cucherat au Conseil municipal de la Ville de Lyon du 19 mai 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.