Intervention de Gérard Collomb

Ce compte administratif retrace une année 2020 qui aura été douloureuse pour beaucoup de nos concitoyens et d’abord pour celles et ceux qui ont perdu des parents, des amis, des êtres chers.  

Une année qui aura été terrible pour notre économie, les finances publiques en général et celle de nos collectivités en particulier. 

On l’a dit : En diminution des recettes et des dépenses, c’est près de 45 millions que les finances de la ville ont dû supporter. Si nous avons pu y faire face, c’est parce qu’avant la crise du Covid, notre la situation financière, était particulièrement bonne. Si on regarde en effet, le Compte administratif 2019, jamais nous n’avions obtenu de tels résultats. Nos recettes étaient en hausse de 2 % après une hausse de 2,9 % en 2018, nos dépenses étaient maitrisées et n’augmentaient que de 0,9 % avec une masse salariale qui ne progressait que de 0,4 %, avec + 0,04 % en 2018, d’où une épargne brute qui atteignait 108,8 millions d’euros, soit + 30 millions en 2 ans et une dette réduite à 389,8 millions. Moins qu’au début de ce mandat où elle était de 421 millions, mais inférieure même à ce qu’elle était en 2001, lorsque nous sommes arrivés à la tête de cette Mairie où elle se situait à 428 millions d’euros. Je ne connais pas beaucoup d’autres collectivités qui peuvent présenter un tel bilan.

Et pourtant le début ce mandat n’avait pas été un long fleuve tranquille puisque nous avions dû subir une baisse des dotations qui, en cumulé, a représenté entre 2015 et 2018 près de 110 millions d’euros. Et encore, je ne compte pas l’augmentation de notre contribution au FPIC (fonds de péréquation entre collectivités). 

Qu’est-ce qui nous a permis de faire face à un tel choc ? 

  1. D’abord les politiques que nous avons menées tant dans le domaine économique, qu’urbanistique. Elles nous ont permis d’avoir des ressources fiscales en constante augmentation et des droits de mutation qui ont crû de manière extrêmement forte. Si le développement de la ville a été aussi spectaculaire, c’est parce que nous avons toujours mené des politiques de coopération entre le public et le privé, nous permettant d’avoir un effet levier fort. J’ai toujours dit que comme l’argent public était limité il fallait que pour 1 € investi par le public nous ayons 7 à 8 € d’argent privé. Ce qui aboutissait bien sûr à des montants considérables. 
  2. Parallèlement à ces politiques, un effort particulier était mené en matière de gestion de nos dépenses de fonctionnement et en particulier pour ce qui était de l’évolution de notre masse salariale. Cela ne signifiait pas une absence de politiques sociales actives, mais des critères très précis pour nos créations et nos suppressions de poste. 83 créations nettes dans tout le mandat, dont 50 en 2020 pour les équipements nouveaux. 

Alors, on souligne parfois que notre investissement était limité. Dès le départ, compte tenu des contraintes que je viens d’évoquer, nous nous étions fixés un montant d’investissement de 600 millions d’euros porté en cours de mandat à 650. Il a été de 615, mais c’est parce qu’en février 2020 tout s’est arrêté. Si nous avions pu mener à bien l’ensemble de notre plan d’investissement, nous aurions sans doute — vous le remarquez vous-même dans le rapport — été près de la réalisation de notre objectif. 

Monsieur le Maire, nous avons dans cette agglomération et sur la Ville de Lyon un tissu économique solide qui doit nous permettre de repartir de l’avant. 

Vous vous êtes fixé deux priorités : 

La première est la solidarité, mais être solidaire, ce n’est pas enfermer les personnes éloignées de l’emploi dans ce qu’on appelle les « trappes à pauvreté », c’est agir pour qu’elle sorte du chômage et pour cela il faut permettre à nos entreprises de créer des emplois. Économique et social sont donc indissociablement liés. 

Votre deuxième priorité est la végétalisation de la ville. Vous souhaitez que le cadre de vie s’améliore, mais demandez aux Lyonnais qui sont là depuis les débuts de notre premier mandat ce qu’a été le changement de la ville. Les berges du Rhône, les rives de Saône, les grands parcs, les jardins Jean Couty aux bords de Saône dans le 2e arrondissement, l’espace Nelson Mandela, Chambovet, Garibaldi dans le 3e, le parc Sergent Blandan dans le 7e, le clos Layat dans le 8e, le parc du Vallon dans le 9e. Vous voyez que dans notre ville beaucoup a déjà été fait.  

Alors oui, je reste fier de ce qui a été accompli au cours de ces 20 ans. Je crois que nous sommes quelques uns ici a avoir beaucoup donné, beaucoup travaillé pour que le cadre de vie des lyonnais soit celui qu’il est aujourd’hui avec, on le voit depuis la réouverture de nos commerces et de nos espaces publics, une vraie douceur de vivre pour tous nos habitants. 


Conseil municipal du 27 mai 2021

Rapport 2021/819 : Vote du compte administratif 2020

Intervention de Gérard Collomb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.