Intervention de Gérard Collomb

Monsieur le Maire,

Nous avons regardé avec attention votre vœu sollicitant des mesures de soutien de l’État à notre ville pour faire face aux dépenses et à la diminution des recettes entraînées par la crise du Coronavirus.

Comme vous l’indiquez dans votre vœu, cette aide devrait bénéficier à 2300 ou 2500 communes, plutôt petites — ce qui ne me semble pas anormal et à 100 intercommunalités. 

Pour examiner la pertinence de votre demande, il convie je crains de se référer au rapport de la Cour des Comptes sur le coût du Covid.

Celle-ci note d’abord que sur les 195 milliards d’euros de hausse de déficit par rapport à 2019, près de 95 milliards sont portés par l’État, 95 milliards par la sécurité sociale et 5 milliards par les collectivités locales.

Elle souligne ensuite que ce sont d’abord les départements qui subiront le choc le plus fort, parce qu’ils ont en charge les équipements sociaux sanitaires qui ont été fortement impactés par la COVID, en charge aussi en personnes pouvant bénéficier du RSA dont le nombre va hélas terriblement augmenter, enfin parce que beaucoup d’entre eux vont être fortement impactés par la baisse des DMTO.

On peut donc s’étonner que ce vœu soit porté par la ville de Lyon et non par la Métropole de Lyon qui, pour sa part départementale, a dû supporter les charges que je viens d’indiquer, comme les conseillers métropolitains ont pu le voir, dans les débats que nous avons pu avoir hier et avant-hier.

Dans les considérants que vous mettez en avant, vous nous expliquez que la ville de Lyon obtient seulement 1 666 646 au titre de la dotation locale de soutien à l’investissement et que cela ne correspond pas au poids démographique de la ville, mais comme vous nous l’indiquez la DSIL correspond à des projets et évidemment si on est dans une période comment dites-vous « de réorientation » et donc d’indécision sur l’investissement ; ne peut convaincre si facilement le préfet de région d’accorder des financements même dans les discussions où l’on plante des arbres avec lui.

Dans votre 5e considérant vous expliquez vous-même votre difficulté principale puisque vous écrivez « Les objectifs du plan de relance en ce qu’ils donnent la priorité aux projets mûrs et prêts à être lancés, s’ils sont compréhensibles dans leurs logiques pénalisent néanmoins les communes et intercommunalités dont les exécutifs ont changé à l’occasion des élections 2020. Évidemment Monsieur le Maire, si ces exécutifs stoppent comme vous l’avez indiqué ce matin tous les projets prêts à être lancés comme la Part Dieu, ou le métro E, on ne voit pas comment leurs villes pourraient participer à la relance c’est même la dépression que l’on pourrait redouter.

Enfin monsieur le Maire et j’en terminerai par-là, car je craindrais d’abuser de votre temps permettez-moi de vous dire que vous êtes maintenant aussi bien placé que moi pour le savoir à Lyon, les dépenses générées par le Covid et les non-recettes qu’il a occasionnées seront compensées pour une grande partie par les dépenses que la ville n’aura pas eu à réaliser repas scolaire notamment. Mais cela n’est pas la seule raison, car du fait de l’horrible politique menée par l’équipe qui vous a précédé, l’immobilier à Lyon ne s’effondre pas et donc les DMTO qui représentent une part importante de nos recettes vont être à peu près stables par rapport à l’année dernière contrairement à de nombreuses villes de France.

Enfin dernière bonne nouvelle les excellents résultats financiers de 2019 générés par l’horrible politique menée avant vous ont laissé pour cette année un report de 45 m d’euros très au-dessus des dépenses et des moindres recettes engendrées par le Covid. La seule qui finalement aura tiré sur cette réserve aura été Madame NPG avec les 4 millions d’euros accordés aux équipements culturels. 

Monsieur le Maire, nonobstant tout cela et pour montrer que nous aussi nous sommes dans la bienveillance, nous voterons cependant votre vœu, mais dans l’espoir que, comme pour l’Arena, votre geste aidera votre majorité à abandonner toute politique dogmatique et à se convertir très vite au réalisme.


Conseil de la Ville de Lyon du 17 décembre 2020

Vœu de l’exécutif relatif à l’impact de la crise sanitaire sur les finances de la Ville de Lyon

Intervention de Gérard Collomb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.