Intervention de Yann Cucherat

Le taux d’abstention aux élections du 27 juin dernier, proche des deux-tiers, est un sévère
coup de semonce qu’ont adressé nos concitoyens à ceux qui ont brigué leurs suffrages.
Le peuple, en démocratie, doit toujours rester la mesure de toute chose et c’est pourquoi il
n’y a qu’une apparence de paradoxe à parler ici de démobilisation citoyenne ; car cette
abstention massive est un acte très fort qui nous oblige plus que ne l’aurait pu faire
quelconque triomphe électoral.


Je souhaite féliciter néanmoins, au nom du Groupe Pour Lyon, tous ceux qui ont été élus
au sein des différentes assemblées de notre région. Nous leur souhaitons une pleine
réussite dans leur nouveau mandat.
Cela fait un an que les Lyonnaises et Lyonnais nous ont élus au sein de cette assemblée


municipale. Même si aujourd’hui, la fête est belle puisque nous sommes de nouveau
réunis en présentiel à l’hôtel de ville, de nombreuses ombres au tableau sont à déplorer.

Depuis 1an, en effet, Lyon a défrayé la chronique avec des polémiques grand-
guignolesques autour de mesures dérisoires, inopportunes, parfois carrément grotesques.

Naguère citée en exemple, en tête de nombreux classements, appréciée des visiteurs, la
voici aujourd’hui la risée des médias qui se délectent de nos ridicules.
Comme il est facile avec quelques décisions ou paroles malvenues d’abîmer l’image d’une
ville, fût-elle la capitale des Gaules !
Construire une dynamique, une perspective et des projets prend beaucoup de temps les
démolir peut se faire en un simple claquement de doigt.
Monsieur le Maire, la qualité de vie au sein de notre ville se dégrade dangereusement.
Il y manque une vision, un projet global porteur, reconnu et compris de tous ; tout le
contraire des “mesurettes” supposées devoir réduire nos difficultés environnementales.
Ce qui manque à votre politique c’est la cohérence d’une gestion rigoureuse et néanmoins
panoptique, non exclusivement appréciée au prisme réducteur d’un écologisme militant.
Voilà pourquoi vous en êtes réduit, depuis un an, à détruire ce que l’ancienne majorité a
fait plutôt qu’à construire un véritable avenir selon vos vues, si « vues » il y avait !

Tous ces abandons d’anciens projets vont coûter chers aux contribuables !

  • Abandon des Ateliers de la danse au musée Guimet pour un nouveau projet qui
    coûtera finalement aussi cher que le précédent et qui ne resoldera pas la destination du
    musée.
  • Verbatim défensif depuis quelques semaines, autour du Métro E, qui malgré votre argumentation est véritablement remis en question alors qu’il était en phase pré opérationnelle.

Abandon du projet Part-Dieu, vrai coup d’arrêt au développement économique de ce
quartier dont vous prétendez faire « un quartier à vivre », ce qu’il est déjà avec ses 21 000
habitants, ses crèches et ses écoles ! Il était bien prévu de poursuivre dans cet esprit car
si tant d’entreprises souhaitent s’implanter à la Part-Dieu c’est parce qu’elles y trouvent un centre actif accessible. Comble d’ironie, contrairement à ce que vous annonciez, il y aura moins de logements dans votre projet qu’initialement envisagé.
En négligeant l’impact des décisions à venir sur l’attractivité de notre ville, vous manquez
à l’impératif pressant de relance économique. Pire encore, vous envoyez nombre de
signaux démobilisateurs aux acteurs économiques, aux secteurs du BTP, de l’immobilier,
de l’hôtellerie et restauration, de la communication dont certains, proches de l’asphyxie,
sont dans l’attente de gestes forts, d’annonces encourageantes. Derrière cela, c’est
évidemment des retombées économiques en moins pour les budgets d’investissements de notre agglomération, budgets qui devraient permettre de financer écoles, équipements
sportifs ou culturels, résidences seniors, crèches… Et à la clef, c’est bien l’emploi de nos
administrés qui est menacé… et aussi leur feuille d’imposition…

Si Lyon doit continuer à s’embellir, se verdir, être accueillante, elle doit demeurer
dynamique et privilégier pour cela une croissance largement tournée vers les enjeux
écologiques et soucieuse de résilience.
En matière de sécurité, rien de nouveau depuis un an. Alors que le temps presse vous
procrastinez. L’heure n’est plus à la concertation mais à l’action dans les quartiers où la
situation se dégrade.

Les lyonnais sont à bout et se plaignent inlassablement de la dégradation de leur cadre de
vie : tapage nocturne, trafics, rixes, saleté des rues, ivresse, accaparement de l’espace
public…
Ils vous l’ont d’ailleurs durement signifié lors de la réunion publique que vous avez
organisée sur le devenir de la place Gabriel Péri.
Et je ne partage pas vos propos sur le sujet.
La situation dans le quartier de la Guillotière en particulier, se détériore inexorablement
alors que vous vous préoccupez de légaliser le marché de la place Gabriel-Péri. Des
études sur lesquelles vous auriez déjà du vous appuyer, ont été réalisées pour améliorer
concrètement la situation, plutôt que de simplement proposer des fresques et des urinoirs.
Enfin en ce qui concerne le verdissement de notre ville, le bilan de cette première année
est décevant.
La critique que vous nous faites inlassablement sur ce sujet est simplement malhonnête.
Nous avions transformé Lyon en ville propre et respectueuse de la nature en créant 60
hectares d’espaces verts lors du mandat précédent pour atteindre les 500 hectares
d’aujourd’hui.

En un an qu’avez-vous fait de notable dans ce registre ?
Rien ou presque. Mis à part l’annonce de la création du parc des Balmes à Fourvière, qui
est une très bonne chose, même s’il conviendrait plutôt de parler de traits d’union entre différents parcs existants, nous ne voyons poindre à l’horizon que quelques micro-
implantations florales de proximité et quelques arbres plantés ici et là en guise de verger.

Mais au delà du fond, parlons des formes.
Que dire d’une nouvelle majorité qui n’invite pas les élus à l’origine des projets qu’elle
inaugure. Nous avons du nous inviter nous-mêmes à l’inauguration du parking LPA Saint
Antoine et à la présentation de la forêt d’Asie au parc de la Tête d’Or.
C’est bien la première fois dans l’histoire de Lyon qu’un Maire n’invite pas ses
prédécesseurs sur des projets dont il est à l’origine.

Le Groupe Pour Lyon vous informe qu’il s’invitera désormais aux inaugurations et
évènements à venir ou notre présence sera légitime.


Monsieur le Maire,


Vous l’aurez compris, nous n’avons pas la même vision du développement de cette ville.
Quand vous essayez de diviser, nous voulons rassembler. Quand vous opposez les
cyclistes aux automobilistes, nous considérons que nous sommes tous parfois l’un, parfois
l’autre, notre seul souci étant d’obtenir des flux efficaces dans une ville apaisée.
À vos diktats, nous préférons nos accompagnements et nos accomodements ; à votre
écologisme nous préférons notre écologie incitative et sociale qui ne néglige ni le
logement, ni l’emploi, ni l’éducation.

Cependant, en cette date anniversaire de votre élection, je nous souhaite à tous et à vous-
même, au nom de mon groupe, ce qu’il faut de discernement et de renoncement à

Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.