La délibération sur le tableau des effectifs annonce la création des 117 postes supplémentaires dans les effectifs de la Métropole, dont 114 emplois permanents. 55% de ces emplois sont de catégorie A.

Cependant, en cette période, vous auriez dû mener une véritable politique contra cyclique en maîtrisant fortement les dépenses de fonctionnement dès le début du mandat tout en investissement massivement pendant 2/3 ans pour participer à la relance économique et à la consolidation des acteurs économiques de la Métropole. 

Intervention de Richard Brumm

Monsieur le Président, chers collègues,

Je dois bien admettre que, à la lecture de cette délibération et face à la présentation qui en a été faite en commission, j’ai ressenti beaucoup d’incompréhension face à votre stratégie et un sentiment général de profond gâchis du travail mené sous le précédent mandat.

En effet, vous nous annoncez la création des 117 postes supplémentaires dans les effectifs de la Métropole, dont 114 emplois permanents. 55% de ces emplois sont de catégorie A.

Vous nous expliquez ensuite que ces emplois sont destinés à répondre aux besoins des nouvelles priorités politiques du mandat. 

Pour autant, en commission, vous ne semblez pas en mesure de détailler quelle sera votre vision sur les effectifs de la Métropole à échelle du mandat. 

Vous n’êtes même pas en mesure de fournir un état des lieux des ETP de la Métropole avant et après recrutements pour établir concrètement quel sera le nombre d’agents supplémentaires.

Dans le même temps, vous publiez le 20 janvier dernier un avis d’appel public à concurrence visant à établir un « Diagnostic en vue de la réorganisation de la fonction RH à la Métropole de Lyon. »

Donc nous ne comprenons pas comment vous pouvez lancer ces ouvertures de poste sans savoir concrètement où vous n’allez ni comment vous allez accompagner cette réorganisation au niveau des ressources humaines.

Ce que nous comprenons en revanche, c’est la très forte hausse des dépenses de fonctionnement inscrite au BP 2021.

Une partie cette hausse est bien liée à la crise que nous traversons. Mais la hausse des dépenses sociales ne peut expliquer à elle seule la très forte progression des dépenses de fonctionnement. 

Nous pouvons constater une forme de « dérapage budgétaire » sur les autres postes de fonctionnement, dépenses qui ne semblent pas forcément en mesure d’être justifiée par la crise

S’il est une dépense qui ne peut être expliquée par la crise sanitaire, c’est bien la dérives des dépenses liées au personnel de +3.3% passant de 392.6 à 405.4Millions€ soit + 12.8Millions€ en une année. 

Cela remet en cause la politique de maîtrise des dépenses de fonctionnement menée sous le précédent mandat. 

Car nous aussi, nous avions eu à faire face à des crises avec une perte de 100 millions d’euros annuels de dotations de l’État entre 2015 et 2015 avec une DGF passant de 502M€ en 2015 à 399M€ en 2018) et à la reprise des emprunts toxiques à hauteur de 127 066 586€. Et cela dans un contexte de création de la Métropole.

C’est pour cela que nous avons lancé le plan Marge de manœuvres qui nous a permis d’aller chercher 35 millions d’euros de dépenses générales et de contenir nos dépenses de fonctionnement. Cela afin de redéployer ces sommes en soutien de l’investissement.

C’est pour cela que nous sommes d’autant plus surpris qu’en commission, vous nous annoncez le lancement du chantier Budget base 0 qui serait un équivalent du plan Marges de manœuvres mais dont on aurait simplement changé le nom. Tout cela n’est pas très cohérent.

En cette période, vous auriez dû mener une véritable politique contra cyclique en maîtrisant fortement les dépenses de fonctionnement dès le début du mandat tout en investissement massivement pendant 2/3 ans pour participer à la relance économique et à la consolidation des acteurs économiques de la Métropole. 

Une fois les effets majeurs de la crise terminée, l’augmentation des recettes fiscales de la collectivité aurait alors financé le désendettement de la collectivité.

Force est de constater que ce n’est pas le chemin que vous suivez. La Métropole était un bel outil en bonne santé. De tels atermoiements sont véritablement dommageables.

En l’absence de cap clair et précis, nous ne pouvons donc voter favorablement ce rapport.

Je vous remercie. 

Richard Brumm


Conseil de la Métropole de Lyon – 25 janvier 2021

Rapport n° 2021-399 : finances, institutions, ressources et organisation territoriale – Modification du tableau des emplois des effectifs 2021 

Intervention de Richard Brumm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.