Intervention de Christophe Geourjon

Monsieur le Président,

La délibération que vous nous présentez est très décevante à plusieurs titres !

Je croyais sincèrement que vous étiez attaché à la transparence du débat démocratique… a priori il n’en est rien ! 

En effet, vous omettez dans votre rapport, ainsi qu’en commission, d’indiquer les personnes publiques ayant émis un avis négatif ! Je n’en citerai que 2 :

  • La Chambre de Commerce et d’Industrie qui a émis un avis négatif à l’unanimité
  • La Commission départementale de la nature, des paysages et des sites qui a émis un avis négatif (11 voix contre, 2 pour et 1 abstention). Commission où siègent notamment la Direction départementale du territoire, l’architecte des Bâtiments de France, Paysage de France et l’Union des Comités d’Intérêts locaux de la Métropole de Lyon !

Les communes qui ont rendu un avis, qu’il soit positif ou négatif, ont fait des observations, des suggestions ou des critiques vis-à-vis de votre projet de RLP… Là aussi à aucun moment vous n’avez ouvert le débat sur ces remarques qui sont pour la plupart constructives. Il aurait été intéressant que l’exécutif métropolitain apporte des réponses à ces remarques et observations ! 

Vous avez le choix de ne pas enrichir le RLP par les nombreuses contributions reçues en commission. Par ailleurs, votre vice-président a indiqué que ces propositions seraient intégrées après la phase d’enquête publique… En résumé, vous allez soumettre à l’enquête publique un projet que vous savez pour partie caduc… reconnaissez que c’est un peu surprenant !

Certaines communes ont demandé si la Métropole compenserait pour partie les pertes de recettes provenant des publicitaires… là aussi aucune réponse claire. À ce jour les communes perçoivent près de 9M€ annuellement… A combien s’élèvera ce montant demain ? Pas de réponse…

Du fait du calendrier que vous avez choisi, nous allons rentrer dans un tunnel de 6 à 12 mois sans Règlement Local de Publicité… Nous vous avions alerté sur ce point il y a bientôt 2 ans de cela. À l’époque, vous nous aviez répondu par le dédain ! Aujourd’hui, vous nous expliquez qu’a priori le risque d’un développement anarchique de la publicité durant cette période est faible… car ce ne serait pas rentable pour les entreprises ! Je l’espère pour notre cadre de vie, mais gouverner c’est prévoir et non subir un agenda.

Dernière remarque liée directement au RLP :  la loi vous permet de réglementer les enseignes lumineuses en vitrine. Vous avez fait le choix de ne rien faire ! Comme déjà indiqué lors du 1er débat, nous pensons que c’est une grave erreur !

Dans le RLP de la Métropole de Lyon vous avez fait le choix de l’interdiction, mais visiblement votre devise c’est « Faites ce que je dis mais pas ce que je fais ! ».

Comme cela a été longuement commenté en début de conseil, nous sortons d’une longue séquence électorale. Dans les dernières semaines, le leader charismatique de la majorité verte de la métropole a recouvert l’espace public de son portrait, y compris sur les façades d’immeubles ! Je ne vous ai pas entendu critiquer cette débauche de publicité sauvage ! 

Précédemment, je vous avais interpellé, Monsieur le Président, vis-à-vis d’une autre campagne d’affichage sauvage, y compris une fois encore sur les façades des immeubles. À l’époque, c’était des affiches pour le festival Alternatiba subventionné à hauteur de 80 000 € par la Métropole de Lyon. Depuis le festival a été annulé par les organisateurs, mais les affiches sont encore là ! Par exemple, sur l’immeuble à l’angle de l’avenue Jean Jaurès et de la Rue de l’Université dans le 7earrondissement ! Une fois encore, je ne vous ai pas entendu Monsieur le Président pour condamner cette campagne sauvage, encore une fois, 2 mois après, pas d’opération de nettoyage de l’espace public. Ceci aurait dû être commandé par la Métropole et la facture transmise aux organisateurs ! Puisque j’aborde cette subvention, Monsieur le Président, pouvez-vous nous confirmer le recouvrement de la subvention attribuée au Festival Alternatiba vu son annulation par les organisateurs ?

Ce qui est assez cocasse, est que cette association ai procédé à de l’affichage sauvage pour un festival écologique et qu’en plus qu’elle soit à l’origine de la mobilisation anti-publicité de la semaine dernière… une mobilisation toute relative puisqu’il y avait 6 ou 7 personnes ! Finalement Alternatiba reprend votre slogan Monsieur le Président « Faites ce que je dis, pas ce que je fais »

Dans l’attente du projet de RLP définitif, notre groupe s’abstiendra sur ce 2e arrêt de projet en tout point identique au 1er arrêt de projet.

Je vous remercie,

Christophe Geourjon


Conseil de la Métropole du 27 et 28 juin 2022

Rapport n°2022-1168 : urbanisme, habitat, logement et politique de la ville -Elaboration du règlement local de publicité (RLP) de la Métropole de Lyon -2ème arrêt de projet

Intervention de Christophe GEOURJON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.