Monsieur le Président,

Dans cette délibération, vous nous proposez de soutenir un projet de sanctuarisation du foncier pour développer de nouvelles pratiques agricoles.

Si nous n’avons rien contre ce type de projet, l’identité de la foncière concernée nous interroge.

Vous écrivez que la structure concernée est « l’association Terre de liens, née de la convergence de plusieurs mouvements liant l’éducation populaire, l’agriculture biologique et biodynamique, la finance éthique, l’économie sociale et solidaire. »

Beau programme en perspective ! Je m’adresse à notre assistance pour leur demander : savez-vous ce qu’est la biodynamie ?

C’est un système de production agricole pseudoscientifique qui cherche à atteindre une symbiose mystique entre sols, végétaux, animaux et humains. 

  • On travaille ainsi les sols sans mécanisation,
  • On met en place un système de rotation des cultures avec interdiction des pesticides et sulfites, concepts proches de ceux de l’agriculture biologique
  • Mais surtout, on se base sur le calendrier lunaire et l’astrologie pour cultiver la terre, 
  • Et on utilise des préparations basées sur l’apport direct de matière organique aux sols, dont la très connue « préparation 500 », qui consiste à intégrer de la bouse de vache dans une corne, à l’enterrer en hiver, à la ressortir au printemps et à la répandre sur le sol.

Néanmoins ne caricaturons pas. Nombre de pratiquants ne sont pas adeptes de l’occultisme.

Car si cette pratique a aussi bonne presse et pousse un certain nombre de vignobles à se convertir, c’est bien parce qu’elle porte en son sein un espoir : celui de résoudre le problème d’érosion et de dégradation des sols, sols devenus partiellement infertiles, ce qui menacent nos vins. 

C’est évidemment un réel enjeu. Mais aucune étude scientifique fiable n’est venue ni démontrer l’utilité des pratiques biodynamiques, ni leur supériorité par rapport à l’agriculture biologique.

Mais ce n’est pas tout. Cette association est aussi au carrefour de la finance dite éthique.

Est-ce la même finance éthique qui pousse la Ville de Lyon à « refuser le moins-disant financier » et à emprunter auprès d’une de ces banques, sans aucune considération pour le taux proposé ?

Oui, il s’agit bien de la NEF qui est cofondatrice de Terres de Liens. Cette même banque que l’on retrouve partout derrière vous depuis 18 mois. La banque qui gère notamment les dépôts d’argent à la monnaie local, la Gonette, et se charge de les réinvestir dans des projets dits éthiques mais qui cachent parfois une autre réalité.

« Quel est le rapport entre l’écologie, une banque, une marque de cosmétiques et un modèle éducatif ? » titrait sur Twitter en juillet dernier le mouvement Youth For Climate. Avant de répondre : l’anthroposophie.

L’anthroposophie est un courant ésotérique, s’appuyant sur les pensées et écrits de l’occultiste autrichien Rudolf Steiner. Les dérivés de sa pensée ont profondément influencé nombre de courants philosophiques, le mouvement New Age et a inspiré de nombreuses figures de l’écologie.

En 2020, la MIVILUDES, organisme chargé de la surveillance des dérives sectaires, a été saisie 37 fois sur des cas liés à l’anthroposophie.

Grégoire PERRA, ancien anthroposophe devenu lanceur d’alerte, vient d’ailleurs récemment de remporter son procès face à la médecine anthroposophe après 3 ans de procédure.

  • Les écoles Steiner-Waldorf, 
  • les labos Welleda, 
  • les enseignes Biocoop et le label DEMETER, 
  • la biodynamie, 
  • la Nef qui signifie en réalité la « Nouvelle Économie Fraternelle ». 

Toutes ont été fondées ou confondées par des anthroposophes, même si nombre de ces structures se défendent aujourd’hui de tout lien avec ce courant de pensée.

L’association que vous nous proposez de financer, elle aussi. Elle, qui a été confondée et longtemps présidée, par ni plus ni moins que le secrétaire général actuel de la société anthroposophique de France.

Le Monde diplomatique qualifiait en 2018 l’anthroposophie de réelle « multinationale de l’ésotérisme ».

L’entrisme de ces idées est donc suffisamment fort pour qu’un tel mouvement écologiste comme Youth For Climate en appelle à son exclusion des luttes écologistes.

Et il est vrai que, depuis 18 mois, nous constatons un certain nombre de relations avec votre majorité.

La NEF dont vous êtes sociétaire Monsieur le Président. La NEF que l’on retrouve à plusieurs reprises dans les projets de la ville de Lyon et de la Métropole.

Une adjointe de la Ville de Lyon prenant la défense de la biodynamie en Conseil municipal 

Un Vice-Président de la Métropole dont les liens avec le mouvement des colibris et l’école Steiner-Waldorf de Lyon sont mis en avant par un site contestataire.

Je ne citerai pas de noms, car il ne s’agit pas de mettre en cause les personnes. Je n’accuse bien évidemment personne ici de participer activement à d’éventuelles dérives sectaires.

Non, mon propos a vocation à sensibiliser autour des projets et des idées que vous pourriez soutenir et qui sont rattachées à une pensée conservatrice, se révélant être le cheval de Troie d’une vision fantasmée d’un retour à la terre nourricière.

Le décès de Pierre RABHI, ainsi que le concert de louanges quasi unanimement sans réserve qui en a suivi, de la part de la presse et de responsables écologistes, y compris locaux, pose question tant son travail peut être philosophiquement rattaché à ce courant de pensée.

Chers collègues, je vous invite, par ailleurs, à tous lire le livre récemment sorti « Les nouvelles dérives sectaires » qui fait un tour non exhaustif du sujet.

Il y a un vrai travail de sensibilisation à faire autour de l’entrisme de tous ces types de pensée. Nous sommes prêts à travailler avec vous sur le sujet.

Car pour un parti dont la finaliste à la primaire écologiste clamait « que l’on crève de trop de rationalité » et appelait à l’éloge des sorcières, il y a, je pense, encore matière à réfléchir et des progrès à réaliser pour que vous soyez les tenants d’une véritable écologie scientifique.

Dans l’attente, vous nous trouverez toujours contre vous lorsque vous vous ferez les passeurs de l’antiscience et que vous serez par la même occasion, les relais conscients ou inconscients d’idéologies nauséabondes/dangereuses.

Nous voterons contre cette délibération.

Isabelle Perriet-Roux


Conseil de la Métropole de Lyon du 13 et 14 décembre 2021

Dossier N° 2021-0854 – proximité, environnement et agriculture – Politique agricole – Partenariat avec l’association Terre de liens Rhône-Alpes -Attribution d’une subvention

Intervention de Isabelle Perriet-Roux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.