En dépit du contexte sanitaire et économique contraint, l’ADERLY a continué à détecter un volume significatif de nouveaux projets. 199 nouveaux projets (6 498 emplois en 3 ans) ont été validés depuis le début de l’année 2020 dont 54 % liés aux projets internationaux.

Depuis plusieurs années, les entreprises prospectées concernent prioritairement le secteur du développement durable.

Gérard Collomb a pris la parole en conseil métropolitain sur ce sujet, afin de questionner Bruno Bernard sur la remise en cause de la prospective d’entreprise et sur sa vision de l’attractivité du territoire, mot tabou chez le nouvel exécutif. Deux sujets sur lesquels Gérard Collomb restera vigilant quant aux décisions de l’exécutif.

Intervention de Gérard Collomb

Monsieur le Président, mes chers collègues,

C’est sans doute l’un des dossiers les plus importants de cette partie de notre Conseil métropolitain. 

Hier, pendant toute l’après-midi, nous avons parlé RSA pour les jeunes, les plus en difficulté. Aider les étudiants en situations de précarité, c’est bien. Mais il y a tous les autres qui, parce qu’il y a la crise du Covid et que cela a des effets sur l’activité économique, nous parlent à la fois de la nécessité de trouver un stage dans une entreprise ou de la difficulté de trouver un emploi après leurs études.

Bref, c’est tout l’accès au marché du travail et de leur avenir professionnel de nos jeunes qui est posé.

Or, avec ce dossier, c’est bien de l’emploi dans notre agglomération dont nous parlons. Le rapport réalisé par l’ADERLY est de ce point de vue très éclairant : 10 000 emplois directs créés depuis 10 ans par l’ADERLY 

En général — et en particulier pour les investissements étrangers — il s’agit d’emplois à haute valeur ajoutée. Parce qu’on ne vient pas d’un autre pays européen, d’Asie ou d’Amérique du Nord dans notre agglomération si on n’a pas un projet qui entend s’appuyer sur l’excellence lyonnaise.

C’est déjà en soi quelque chose d’extrêmement positif parce que cela tire notre agglomération vers le haut. Mais ce qui l’est tout autant, c’est que ces emplois-là ont un effet second et qu’il permet — comme le montre l’analyse de l’ADERLY — de créer d’autres emplois qui eux concernent toutes les couches de la société.

Ce que j’ai trouvé intéressant dans le rapport, c’est que lorsqu’on l’analyse : 33 % des emplois concernent des ouvriers, des employés et ce taux atteint 66 % si l’on regarde les artisans, les commerçants et les professions intermédiaires. 

L’ADERLY ce n’est donc pas quelque chose de décalé, qui ne concernerait que les élites, mais c’est quelque chose qui concerne tout notre marché du travail. 

On ne peut donc traiter par le dédain — comme je l’ai parfois entendu — l’apport de ces investissements à Lyon. Quand certains disent « il faut en finir avec la course aux chiffres », à mon avis non, et surtout dans cette période. 

Car aujourd’hui, la COVID est en train de bousculer les équilibres et nous voyons bien que si, les mesures prises par le gouvernement ont, d’une certaine manière, gelé l’emploi ; si lorsque vous parlez avec le président du tribunal de commerce il vous dit qu’aujourd’hui il ne voit pas plus de dossiers qu’en 2019 ; on sait que c’est là une situation provisoire et que dans quelque temps, lorsqu’on reviendra à l’économie réelle, si l’industrie dans notre agglomération aura à peu près résisté, toute une série de secteurs va être en grande difficulté. 

Et donc plus qu’hier, il va falloir se battre pour l’emploi, pour la création d’emplois endogène, soutenir nos universités, nos centres de formation, nos Startup, nos PME. 

Mais aussi se battre pour l’emploi exogène, celui que va justement chercher l’ADERLY. 

Quand, au beau milieu de la crise 72 entreprises viennent s’installer à Lyon, alors moi je dis chapeau. Oui, il va falloir accompagner plus que jamais notre tissu économique et ceci d’autant plus que cette période voit un bousculement des équilibres et que des firmes vont se repositionner.

Il faut donc faire attention que les entreprises françaises, les grosses, qui sont installées à Lyon, ne s’installent pas dans d’autres régions qu’elle jugerait plus ambitieuses quant au développement économique. 

Il faut faire attention à ce que les grosses entreprises étrangères qui se sont installées — je pense par exemple à Boehringer Ingelheim — développent encore leurs activités demain à Lyon. Que l’on n’assiste pas un mouvement de repli. 

Oui, notre métropole doit être plus que jamais en soutien au monde économique et en particulier à l’ADERLY. 

Aussi, monsieur le Président, j’insiste ! Quand vous diminuez les subventions de 5 %, alors qu’on sait bien que la Chambre de commerce est elle-même en grande difficulté du fait des réformes qui ont été faites au niveau national, alors, je crois que c’est un mauvais signal que vous donnez. Et j’espère que vous allez le corriger parce que je sais que vous, vous êtes attentif à ce genre de chose et que vous savez que l’emploi est capital pour notre agglomération, pour les habitants de notre agglomération. 

Lorsqu’on évoque des chiffres – ce sont certes des chiffres – mais derrière, il y a des personnes qui sont aujourd’hui dans une grande angoisse pour savoir de quoi sera fait leur avenir. Et puisqu’on parlait des jeunes, ce sont en particulier ces jeunes qui s’interrogent pour savoir si, à la fin de leurs études ils trouveront un boulot et qui aujourd’hui multiplient d’ailleurs les diplômes parce qu’ils savent qu’ils ne peuvent pas rentrer sur le marché du travail. 

Alors priorité à l’emploi, priorité à l’ADERLY. 

En plus, monsieur le Président, les gens qui viennent s’installer, ce sont plutôt des gens qui pensent au monde d’après, qui s’intéressent aux clean Tech, qui s’intéressent aux sciences du vivant, qui s’intéressent au numérique durable… Bref, des gens qui sont plutôt en accord avec ce que vous-même vous pouvez penser. Alors, aidez-les à s’installer et c’est comme cela que l’on continuera à avoir une métropole qui sera sur une dynamique forte.

Il ne faut pas reculer, il faut avancer. Il ne faut pas aller vers la décroissance, il faut aller vers un nouveau modèle de croissance.

Merci monsieur le Président. 


Conseil de la Métropole du 16 mars 2021

Dossier 2021-489 : développement économique, numérique, insertion et emploi – Association pour le développement économique de la région lyonnaise (ADERLY) – Attribution d’une subvention de fonctionnement pour son programme d’actions 2021 – 

Intervention de Gérard Collomb

One Reply to “Priorité à l’emploi, priorité à l’ADERLY”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *