Monsieur le Président, chers collègues,

Avant que nous ne commencions nos débats, je souhaiterai dire quelques mots sur l’organisation de notre ordre du jour. 

Je ne reviendrai pas sur nos propos précédents concernant votre gouvernance et son manque de transparence et de démocratie, particulièrement vis-à-vis de votre opposition. Et malheureusement force et de constaté que les mois passant, les choses ne s’améliorent pas, au contraire,… 

Vous avez fait le choix de créer une forme de « méga commission permanente », compétence sur l’ensemble des sujets métropolitains. 

Néanmoins, l’article 43 de notre règlement intérieur nous permet de demander le transfert d’inscription d’un rapport de la commission permanente à l’ordre du jour du Conseil. 

Après des premiers mois sous le signe d’une certaine ouverture sur le sujet, vous opposez désormais ce qui semble être un refus quasi systématique face aux demandes. Cette attitude, est le plus souvent justifiée par des incompatibilités de délai ne permettant pas un passage en Conseil. 

Nous vous avons maintes fois rappelés que vous étiez aître du calendrier des séances et maintes fois sollicités pour vous rappeler que la solution à cette situation passait tout simplement par l’organisation de Conseils Métropolitains, moins denses mais plus réguliers. Vous ne pouvez pas vous déchargez de votre responsabilité sur d’autres. 

En termes de transparence et de visibilité sur l’action de notre Métropole, nous ne pouvons pas collectivement nous satisfaire de nous réunir seulement 5 fois par an.

Tous, en tant qu’élus représentant les citoyens, nous ne pouvons pas nous satisfaire que la délibération fixant le cadre d’intervention de la Métropole en faveur du logement social, un engagement de 45 millions d’euros soit voté à huis-clos, sans débat public.

Nous faisons le souhait et la demande que ce déconfinement soit aussi celui du déconfinement démocratique de notre collectivité

Plusieurs sujets méritent ainsi un approfondissement du dialogue avec les Conseillers Métropolitains.

Tout d’abord, de plus en plus de dossiers sur lesquelles nous sommes amenés à nous prononcer sont affichés comme relevant de la PPI 2021-2026.  

Si les enveloppes globales ont été votées en janvier dernier, nous ne connaissons toujours pas la liste des différents projets qui seront retenus au titre de cette programmation. Les projets sont ainsi présentés au fur et a mesure, sans vision globale. 

Pire encore, nous apprenons les différents arbitrages par la presse. Je pense notamment aux 10 millions d’euros annoncés pour la requalification de la rue Garibaldi, sans que cela ne fasse l’objet d’aucun vote, aucune présentation ni même information des conseillers métropolitains. Et ceic n’est qu’un exemple…

Votre PPI s’apparente donc aujourd’hui à une pochette surprise. En la secouant, on tombe sur à peu près tout et n’importe quoi. Parfois même sur des projets que l’on pensait mis au placard par la nouvelle majorité mais qui ressurgissent, trouble coïncidence, en même temps qu’émergent des sujets brûlants d’actualité dans le débat public.

La présentation complète de la PPI est grandement attendue. Vous avez informé les maires du territoire qu’ils seront fixés sur les projets retenus d’ici à la fin juin. 

N’oubliez pas les élus métropolitains ! Il est indispensable qu’une présentation globale et détaillée soit réalisée dans les même temps auprès des conseillers métropolitains. Afin que nous puissions bénéficier d’une vision d’ensemble et pas seulement à l’échelle communale. Pouvez-vous nous préciser ce qu’il en est ?

De la même manière, une présentation de la future consultation sur le métro a été réalisée auprès des commissions déplacements et urbanisme.

En Conférence Métropolitaine des Maires, vous avez annoncé qu’une présentation des projets aurait lieu à partir de la mi-juin en circonscription et auprès des élus métropolitains.

Ces futures présentations auprès des élus vont dans le bon sens. Toutefois, il est impératif de ne pas simplement faire une présentation segmentée des enjeux des différents projets par territoire. Le risque, c’est que par simple tactique politicienne digne des méthodes que vous avez vilipendée publiquement, avec tellement de passion, avant votre accession au pouvoir ; ceci soit organisé afin de créer un enfumage de premier ordre pour que seul votre vision sorte du lot. 

Encore une fois, il nous faut avoir une vision d’ensemble et pouvoir échanger entre tous les conseillers métropolitains. 

C’est pour cela que nous souscrivons aux demandes faites en commissions de tenue d’une commission générale sur le développement du métro dans notre Métropole.

Car, je le répète, des interrogations subsistent notamment à ce jour sur les modalités du processus de décision finale à l’issue de la consultation. 

Enfin, la concertation sur la modification n°3 du PLU-H s’est achevée il y a peu. Les modifications proposées sont importantes et s’apparentent presque à une révision.

Ces dernières vont avoir pour effet automatique de diminuer la constructibilité des fonciers. 

Quid du cout des logements avec l’effet augmentation de la part de logements social et abordable dans les programmes ? Quid des objectifs de constructions de logements avec une baisse de constructibilité généralisée ? 

La méthode interroge également : vous concertez les citoyens mais les maires sont seulement informés. Quant aux conseillers métropolitains, seuls les membres de la commission urbanisme sont un tant soit peu informés. 

Mais quel travail de fond avec les communes sur le PLU-H ?  Avec les conseillers métropolitains des circonscriptions ?  N’est-ce pas un sujet à traiter en CTM avec tous les élus de la circonscription ?

S’il y a bien une constante dans les différentes interrogations soulevées par mon intervention, c’est la nécessité de renforcer la transparence, l’information et le respect de la fonction et le rôle du Conseiller Métropolitain. 

Monsieur le Président, chaque élu ici présent à quelque chose à apporter à notre collectivité. C’est la base de notre démocratie territoriale.  Chacun est engagé pour l’intérêt général. Notre Métropole est protéiforme. La réalité n’est pas la même à Givors, Dardilly ou Lyon

Associez-nous davantage, donnez-vous les moyens d’atteindre le consensus. Être consensuel, ce n’est pas faire dans le consensus mou. Le compromis, ce n’est pas la compromission.

Non, c’est participer à une meilleure acceptabilité sociale des décisions. C’est sur ce principe, je crois, que vous vous êtes engagés à fonder votre action.

Je vous remercie. 

Louis Pelaez


Commission permanente du 31 mai 2021

Propos introductifs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.