Nous avons observé un relâchement dans l’application des gestes barrières et des règles de distanciation notamment sur les marchés qui attirent beaucoup de monde comme celui de la Croix-Rousse ou bien le marché des Etats-Unis dans le 8e.


Ainsi, nous avons demandé en conseil municipal que la ville de Lyon fournisse des vitres plexiglas de protection, des masques gratuits ainsi que du gel hydroalcoolique.


A l’instar du président de la métropole qui a pris l’initiative d’exonérer les loyers des petits commerçants, le Maire a annoncé ce matin en séance, une exonération des droits pour un mois – soit pour un commerçant abonné présent les samedis et dimanches sur un marché de type saint Antoine, une gratuité de 30 euros par weekend – c’est un début, mais nous pensons qu’il serait opportun de rendre gratuit les droits de place dans les marchés, jusqu’au retour à une situation sanitaire normale.


Intervention de Anne-Sophie Condemine

Comme vous le savez, la crise sanitaire a eu des conséquences très néfastes sur la consommation, l’emploi, l’épargne… bon nombre d’entreprises et de commerçants ont été impactés et avec ce re confinement, se profilent des faillites en cascade d’entreprises, de commerçants, d’artisans, de sous-traitants.

Nos commerces ont été successivement victimes des manifestations des gilets jaunes, des grèves sur la réforme des retraites puis de leur fermeture pendant le 1er confinement.

Alors que nous subissons de plein fouet cette 2e vague, le temps n’est plus à l’improvisation mais à l’application rapide et concrète de mesures efficaces qui répondent à l’urgence de la situation.

C’est maintenant que les acteurs de l’économie ont besoin de réponses et de mesures concrètes. Permettez-moi d’évoquer la façon dont les marchés sont gérés durant cette seconde vague.

Nous le savons, les commerçants et les lyonnais ont été très soulagés que les marchés alimentaires soient maintenus. Nous pensons aussi que c’est une bonne chose !

Alors que nous avions mis en place après le 1er confinement des règles strictes et des dispositifs assurant l’application des dîtes règles (utilisation de barrières pour l’organisation des files d’attente, rappel des gestes de protection, présence de placiers pour veiller au bon fonctionnement des marchés), aujourd’hui

force est de constater que nous en sommes loin sur certains marchés .

Nous observons un relâchement dans l’application des gestes barrières et des règles de distanciation notamment sur les marchés qui attirent beaucoup de monde comme celui de la Croix- Rousse ou bien le marché des États-Unis dans le 8e.

Et c’est seulement le 13 novembre, au beau milieu du confinement, Monsieur le Maire, que vous prenez enfin des mesures pour faire respecter les règles sanitaires dans les marchés !

Vous avez un vrai problème d’impréparation et d’anticipation ;

A force de tout repousser à 2021, vous ne réglez pas les nombreux problèmes auxquels vous êtes confrontés aujourd’hui.

Nous nous interrogeons sur votre difficulté à prioriser l’action publique, votre action publique :

Ainsi, la refonte du règlement des marchés que vous évoquez madame Augey prévoit, je cite : “d’installer un marché du soir dans chaque arrondissement, car c’est « une vraie attente des consommateurs ».

C’est une proposition très attractive mais avez-vous consulté les professionnels sur cette question ? car nous savons que dans le contexte actuel, les commerçants n’y sont pas vraiment favorables, craignant ainsi de diluer les ventes !

De nombreux marchés existent d’ores et déjà mais certains ont des horaires qui ne sont pas adaptés au rythme de nos riverains. Peut-être qu’il faudrait avant tout remettre à plat l’organisation de nos marchés.

Les dispositions prises par la ville notamment avec le maintien des droits de place 2020 ont le mérite d’exister, c’est vrai, mais il faut aller clairement plus loin.

C’est le moment !

C’est pourquoi, nous souhaitons connaître dès aujourd’hui votre mode opératoire pour protéger et soutenir nos acteurs de l’économie des éventuelles nouvelles vagues épidémiques ; il en va de la survie de nos commerçants, de nos marchés, de nos artisans, de nos restaurants et de nos bars!

C’est par exemple dès maintenant que la ville de Lyon doit aider les marchés à bien respecter les règles sanitaires en fournissant aux commerçants des vitres plexiglas de protection, des masques gratuits ainsi que du gel hydroalcoolique.

Cette semaine, la métropole a voté un plan d’urgence pour venir en aide aux particuliers, aux commerçants et aux associations en difficulté face au confinement.

A l’instar du président de la métropole qui a pris l’initiative d’exonérer les loyers des petits commerçants, vous avez annoncé ce matin en séance, une exonération des droits pour un mois – soit pour un commerçant abonné présent les samedis et dimanche sur un marché de type saint antoine, une gratuité de 30 euros par weekend – c’est un début, mais nous pensons qu’il serait opportun de rendre gratuit les droits de place dans les marchés, jusqu’au retour à une situation sanitaire normale .

Nous ne voulons pas d’une ville sans âme et insécure, où le commerce serait uniquement en ligne, donc à terme, une ville désertée par ses commerces de proximité,

Cette crise doit être l’occasion de penser la ville « d’après ». Une vision plus large aurait dû être prévue dès cet été Anticiper, Monsieur le Maire, tel doit être votre crédo !

Anne-Sophie Condemine


Conseil municipale Ville de Lyon 19 novembre 2020

Rapport n° 2020/363 : Approbation des droits de la place des marchés

Intervention de Anne-Sophie Condemine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.