Intervention de Christophe Geourjon

Monsieur le Président,

J’ai eu l’occasion d’intervenir hier pour présenter 2 de nos propositions pour garantir l’efficacité environnementale, l’acceptabilité sociale, et la supportabilité économique de la Zone à Faibles Émissions, à savoir le report à 2028 ou 2030 de l’interdiction des véhicules Crit’ Air2 et la mise en place d’une ZFE pédagogique, sur le modèle des écologistes Strasbourgeois.

Nous estimons ainsi que chaque étape d’interdiction définitive de circuler doit être précédée d’une phase pédagogique. Pendant ces phases, un accompagnement renforcé est proposé et le contrôle par les forces de l’ordre se fait sans sanction.

Sans reculer sur les ambitions, ce principe permet à chacune et chacun d’entre nous d’être sensibilisé sur la ZFE tout en laissant le temps d’adapter ses pratiques de mobilité, de réaliser les démarches de demandes d’aides pour le changement de véhicule.

C’est là le sens de notre premier vœu afin de garantir le succès de la ZFE.

Pour autant, ce succès ne pourra être garanti avec le seul passage par une étape pédagogique.

Non, plusieurs suggestions très intéressantes sur la ZFE sont remontées notamment du côté du panel citoyen dont nous avons attentivement lu les travaux.

Ce dispositif de démocratie directe repose sur la participation et les délibérations de 21 citoyens tirés au sort qui ont travaillé, entourés d’une trentaine d’experts, pendant 3 week-ends, pour émettre un avis sur la question suivante : « Comment mettre en place une ZFE écologiquement efficace et socialement juste ? »

Même si nous ne pouvons que regretter que la taille limitée du panel ne soit pas réellement représentative de la population, car ne respectant pas la méthode statistique dite des quotas, elle permet toutefois d’établir une certaine diversité de point de vue.

À travers leur avis rendu, ces citoyens ont formulé des recommandations qu’il est impératif de prendre pleinement en compte pour garantir l’acceptabilité sociale de la ZFE.

Dans ce contexte, Monsieur le Président, nous avons été surpris lors de la restitution de l’avis des citoyens, de vous voir prendre la parole pendant près d’une vingtaine de minutes pour expliquer à ces citoyens investis, que leur avis était bien intéressant oui, mais que c’était déjà ce que faisait pour grande partie la Métropole sur la ZFE. 

Et cela sans jamais reprendre une seule des propositions du panel.

Dans un contexte qui se voulait de démocratie directe, il y avait là quand même une situation assez cocasse de parole descendante, d’un élu en situation de responsabilité, qui expliquait aux citoyens comment les choses allaient malgré tout se passer sans véritable échange avec la salle.

En fin de compte, tout cela ne nous a pas rassurés sur votre volonté d’étudier les propositions de cette assemblée citoyenne. 

D’autant plus quand nous avons appris que parmi les suites données à cet avis, était seulement prévu, pour le moment, un ajout aux contributions de la concertation sur la ZFE. C’est-à-dire, finalement pas grand-chose. 

C’est pour cela que dans notre second vœu, nous vous proposons de vous engager pleinement à ce que la Métropole étudie sérieusement les propositions du panel citoyen.

Car cet avis permet d’établir des constats clairs et précis, des constats sur lesquels votre opposition et les acteurs concernés vous alertent régulièrement depuis presque 2 ans.

Oui, l’information sur la ZFE a clairement été insuffisante. Comme les membres du panel, très peu de citoyens ont connaissance de ce qu’est une ZFE et de ce qu’elle implique.

Il faut donc s’engager fermement pour démultiplier les canaux de communication. C’est aussi le sens des multiples propositions que nous faisons depuis 2 ans avec par exemple l’envoi de courriers aux personnes concernées.

Oui la ZFE peut être une chance pour améliorer la qualité de l’air de nos enfants et changer nos modes de déplacements. Mais il faut savoir donner du temps au temps et avoir un calendrier de déploiement socialement acceptable. Donner de la souplesse.

Et c’est aussi le sens de nos propositions de :

  • ZFE pédagogique,
  • du lissage du retrait des véhicules dans le temps, non pas qu’en fonction de la vignette Crit’air, mais aussi de l’âge des véhicules afin de permettre aux véhicules récents, concernés par la ZFE, d’atteindre une durée de vie de 9/10 ans avant interdiction pour atteindre leur amortissement social, économique et écologique.

Oui, il faut renforcer la capacité d’aide et d’accompagnement individualisés, et dégager en conséquence les moyens budgétaires et humains nécessaires. C’est pour cela que nous vous demandons depuis 2 ans de la visibilité sur les moyens que vous entendez consacrer au déploiement de la ZFE.

Si vous ne voulez pas écouter votre opposition, alors écoutez au moins les outils citoyens que vous avez vous-même mis en place !

Nous ne sommes pas totalement en accord avec toutes les propositions du panel citoyens. Et c’est bien ce qui fait tout l’intérêt de la démarche. 

Il nous paraît néanmoins indispensable que la Métropole s’engage à la hauteur de ce qu’a été l’engagement de ces citoyens qui ont pris de leur temps, en étudiant sérieusement leurs propositions et en les mettant en œuvre lorsque cela est possible. Et d’expliquer pourquoi ce n’est pas possible ou souhaitable dans le cas contraire !

Par volonté de ne pas trahir le contenu et l’esprit de cet avis citoyen, notre vœu est pratiquement intégralement rédigé avec des extraits du texte de cet avis. Si le format du vœu le permettait, nous aurions intégralement repris le texte des 9 pages de l’avis. 

Concernant les propositions citoyennes sur lesquelles nous demandons à la Métropole de s’engager, nous n’avons pas mis de filtre de sélection. N’apparaissent pas les propositions ne respectant pas le cadre règlementaire ou celles que la Métropole a déjà commencé à mettre en œuvre. 

Comme il en est de même pour notre groupe, nous savons que certaines des propositions de l’avis citoyen ne correspondent pas tout à fait à vos orientations politiques. Mais la Métropole se doit à minima de les étudier avec toute la diligence nécessaire, plutôt que de les rejeter par principe. 

Dans cette Assemblée, sur le sujet la ZFE, nous pouvons être en désaccord sur la forme, mais s’il y a une base de travail qui doit faire consensus, c’est bien la prise en considération de ce travail citoyen que vous avez vous-même initié.

Valoriser à sa juste mesure le travail fourni par les citoyens en votant ce vœu ne vous coûte rien, c’est une question de respect.

Avec toutes les critiques qui ont été celles des groupes de votre majorité concernant la reprise des propositions citoyennes sur le climat au niveau national, nous ne saurions imaginer que vous faites appel à des citoyens pour travailler près de 30 h sur un sujet pour les amener à développer une expertise certaine sur le sujet, cela seulement pour ranger ensuite cet avis dans un tiroir.  

Ou alors, il faut le dire clairement. 

Sachant compter sur votre soutien pour valoriser l’engagement démocratique de ces citoyens, je vous propose chers collègues de vous prononcer favorablement sur les deux projets vœux présentés. 

Je vous remercie.

Christophe Geourjon


Voeu présenté au conseil : Garantir le succès écologique et assurer l’acceptabilité sociale et économique de la ZFE+ en intégrant les recommandations du panel citoyen 

Envisagée depuis le plan Oxygène de la Métropole de Lyon en 2016 et mise en place en 2019 pour les professionnels, la Zone à Faibles Émissions (ZFE) est un outil utile pour lutter contre la pollution de l’air, facteur de maladies et de décès prématurés. 

Dans le cadre de l’extension du dispositif, la Métropole a lancé une démarche de panel citoyen, groupe d’habitants non experts, invité à émettre un avis éclairé pour répondre à la question suivante : « Comment mettre en place une ZFE écologiquement efficace et socialement juste ? ».

Même si la sélection du panel ne respecte pas les méthodes statistiques permettant d’établir une parfaite représentativité des habitants et usagers dans cet échantillon, les 21 membres tirés au sort et choisis représentent une diversité de point de vue et d’usagers. 

La remise de l’avis citoyen sur la ZFE le 14 décembre dernier a permis d’établir un certain nombre de constats, qui ont déjà pu être évoqués et partagés dans l’hémicycle métropolitain, notamment : 

« La mise en place de la ZFE va bouleverser les modes de vie. L’acceptabilité sociale de ces mesures doit donc être la plus optimale possible. » (page 4 de l’avis citoyen)      

« Le développement de la ZFE ne doit pas simplement reporter la pollution dans les zones périphériques au bénéfice du seul centre-ville.» (page 4 de l’avis citoyen)               

« L’information sur ce qu’est une ZFE n’a jamais été réellement faite. En ce qui nous [NDLR : les membres du panel citoyen] concerne, ce terme était inconnu pour la plupart d’entre nous, avant de participer à cette réflexion. Et actuellement, la communication sur la ZFE demeure limitée et peu efficiente. Du coup, cette préoccupation ne peut pas encore être la priorité des habitants de la Métropole. Cette situation va créer un poids pour les habitants, bousculant les situations et les projets de chacun [… ]         S’agissant de la ZFE, le dispositif s’impose à nous… » (page 4 et 5 de l’avis citoyen)

« À terme, comment évoluera notre liberté de déplacement ? nous remarquons que la première perception des individus sur la mise en place de la ZFE est celle d’un frein à la liberté et à l’autonomie de déplacement avec son véhicule, voire, pour certains d’entre nous, d’une punition ; cependant, nous constatons, en en parlant autour de nous, que certains habitants réfléchissent ensuite rapidement à des solutions alternatives de déplacement ; […]

Ensuite, notre inquiétude porte sur les personnes en difficulté économique et sociale ; il nous apparaît flagrant que l’accompagnement financier risque de ne pas apporter une réponse suffisante à leurs besoins économiques quotidiens ; par extension, une partie de la classe moyenne risque également d’être impactée, sans avoir, à ce jour, de solution réelle » (page 5 de l’avis citoyen)

Face à ces problématiques, le panel citoyen relève quatre types de leviers : 

La mise en place d’une communication appropriée et efficace, au niveau territorial adéquat 

Donner de la souplesse pour limiter les tensions, en améliorant et en renforçant l’articulation entre l’échéancier et le périmètre de la ZFE 

Favoriser une plus grande harmonisation des différentes offres de transport 

Renforcer la capacité d’aide et d’accompagnement individualisés, et à dégager en conséquence les moyens budgétaires et humains nécessaires 

Pour relever ces défis, le panel citoyen propose plusieurs recommandations. Si certaines mesures sont déjà mises en œuvre ou en cours de réalisation, le Conseil Métropolitain doit confirmer son engagement à étudier ou mettre en œuvre les propositions du panel citoyen.

Réuni ce jour, le Conseil Métropolitain acte la mise en étude et/ou la mise en œuvre des recommandations du panel citoyen, en particulier :

« Augmenter les parkings relais et ceux proches des gares en créant des infrastructures souterraines et à étages. Il serait judicieux de repositionner les parkings relais au-delà des implantations actuelles et de les augmenter. Plus il y a aura de parkings extérieurs bien situés et en connexion avec les TCL ou les trains, moins les gens rentreront dans les limites de la ZFE. Ces parkings doivent augmenter le nombre de bornes de recharges électriques dans les dix années à venir pour s’adapter à l’évolution du parc automobile attendue. » (page 6 de l’avis citoyen)

Allonger les délais de l’échéancier de mise en œuvre « pour l’ensemble des Crit’Air’ 2, 3, 4 afin de laisser le temps aux citoyens de s’adapter et trouver des solutions, mais aussi d’avoir des véhicules d’occasion plus accessibles. » (page 7 de l’avis citoyen)

Réflexions pour impliquer davantage les entreprises à travers les plans mobilités en mettant en œuvre des compensations (page 8 de l’avis citoyen)

Mise en place d’un numéro vert afin de répondre aux demandes de mobilités (page 8 de l’avis citoyen)

« Face à la méconnaissance de la ZFE et à un calendrier contraint, il est nécessaire de multiplier les canaux de communication » (page 8 de l’avis citoyen)


Conseil de la Métropole de Lyon des 24 et 25 janvier 2022

Présentation de 2 voeux au conseil métropolitain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.