Intervention de Delphine Borbon

Monsieur le Président, Chers collègues, 

S’il y a bien un sujet sur lequel nous sommes tous d’accord, c’est la nécessité d’améliorer l’efficacité de la consommation énergétique de nos bâtiments.

Et en priorité de favoriser des actions d’éco-rénovation de l’habitat, notamment en direction de ce qu’on appelle les passoires énergétiques. Depuis 2015, nous mettons en œuvre une politique forte sur le sujet, comme nous l’avons déjà évoqué à de nombreuses reprises. 

Je pense qu’on peut s’en féliciter même si cela reste encore insuffisant alors que la hausse des prix de l’énergie pousse chaque jour davantage de nos concitoyens vers la précarité énergétique. 

Nous ne pouvons donc que nous réjouir qu’avec la délibération que vous nous proposez, nous venons réalimenter les lignes de crédits dédiées au dispositif ECORENO’V, ouvertes au mandat précédent et aujourd’hui quasiment épuisées. 

Depuis le début du mandat, vous annoncez vouloir mettre le paquet sur ECORENOV et avez fait voter une modification du règlement. L’idée est simple : accompagner la montée en puissance du dispositif prévue au mandat précédent. Et inverser les ordres de grandeur dans les bénéficiaires pour passer à 2/3 de logements sociaux et 1/3 de logements privés 

Alors, on sent bien que la crise sanitaire n’a pas facilité le lancement de nouveaux projets. D’après les chiffres officiels de l’ALEC, au 31 mars 2022, 18 531 logements Eco Réno’v, ont été financés pour un versement de 54,5 millions d’euros de subventions. Sur ces 18 531 logements, seulement 2 417 logements ont été financés depuis le 1er juillet 2020, soit la date de votre élection.

Nous sommes donc très loin des 10 000 logements pour 2019 et 2020, initialement prévu dans la trajectoire de montée en charge du dispositif actée lors du mandat précédent. 

Nous aimerions aujourd’hui connaître vos perspectives de reprise, qui semblent plutôt très favorables si on s’en tient à vos projections.

Jusque-là, tout est très clair. Néanmoins, les choses sont plus floues lorsqu’on interroge vos objectifs quantitatifs et financiers.

D’après vous, près de 33 millions d’euros de projets ont été réalisés avec le dispositif sur le mandat précédent. Et vous vous êtes engagés à doubler ce chiffre avec la réalisation de près de 74 millions d’euros de travaux pour la période 2021-2026. 

Alors, quand on sait, que 54 millions d’euros ont été engagés au 31 mars 2022 soit 18 500 projets de travaux. Et que 2 400 logements ont été financés depuis 2 ans soit seulement 13% du total des logements éco rénovés, on a du mal à comprendre comment seulement 33 millions sur les 54 ont pu être réalisés au mandat précédent, comme vous l’annoncez.

Alors, je me doute bien qu’il y a un jeu sur les différences comptables entre dépenses engagées et dépenses réalisées. Et que cela joue en faveur du bilan de l’exécutif actuel mais l’écart paraît tout de même important au vu du faible nombre d’opérations lancées.

En tout cas, il y a un véritable angle mort dans vos promesses sur EcoRéno’v : vous ne vous êtes pas engagés sur un objectif quantitatif de logements écorénovés.

Or, la feuille de route du Schéma Directeur des Énergies adoptée par l’exécutif précédent prévoyait la réalisation de 200 000 logements rénovés d’ici à 2030 dont 100 000 avec le programme ECORENOV.

Des objectifs ambitieux, mais assurément nécessaires. Interrogés sur ce sujet en commission, vous nous avez répondu vouloir réaliser 20 000 à 25 000 logements sur ce mandat, soit jusqu’en 2026. Cet objectif de 25 000 logements est d’ailleurs cohérent avec l’enveloppe de 74 millions d’euros que vous comptez y consacrer sur le mandat. 

Mais chacun se rend compte ici que si nous réalisons 25 000 logements en 6 ans soit jusque 2026. Alors la marche à atteindre de 100 000 logements en 2030 ne sera pas atteinte dans les 4 ans qui resteront.

D’ailleurs, la feuille de route de l’exécutif précédent estimait que pour atteindre cet objectif, il faudrait consacrer 154 millions d’euros d’investissements sur le mandat 2020-2026 à ECORENOV. Ce n’est pas inventé, c’est écrit noir sur blanc dans le SDE !

Or, avec votre projection et ses 74 millions d’euros prévus, il manque donc aujourd’hui la moitié de l’enveloppe nécessaire !

Faut-il en conclure qu’il y a un important recul des ambitions sur l’écorénovation et que notre trajectoire ambitieuse ne sera pas tenue ?

Comme vous nous le rappelez souvent, l’urgence climatique n’attend pas et par définition, tout ce qui en découle non plus ! 

Car l’écorénovation des bâtiments c’est :

  • un enjeu majeur de justice sociale pour les plus précaires qui ne peuvent plus se chauffer, 
  • un enjeu majeur de développement pour les entreprises du territoire avec des retombées économiques estimées à 3 milliards d’ici 2030,
  • un enjeu majeur pour assurer l’habitabilité future de nos villes. 

Un recul de nos objectifs serait à ce titre incompréhensible. 

Je vous remercie de bien vouloir nous apporter des éléments de réponse complémentaires.


Conseil Métropolitain des 27 et 28 Juin 2022
N°2022-1175 – urbanisme, habitat, logement et politique de la ville -Dispositif Ecoréno’v -Individualisation partielle d’autorisation de programme
Intervention – Delphine BORBON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.