Lorsqu’en mai dernier nous avons organisé la rentrée scolaire dans des temps extrêmement contraints, il est vrai que nous avons mis en place un repas unique. Mais alors, personne ne nous a soupçonné de vouloir bannir la viande de nos cantines. 

Depuis de nombreuses années ce qui guide nos choix au niveau de la cantine scolaire, c’est de permettre aux enfants – et à travers les parents – de pouvoir avoir un menu qui correspondent à leurs besoins, à leur liberté et à leur choix.

Ce qui a conduit à la polémique que nous avons aujourd’hui, c’est un discours qui était double. D’un côté vous nous disiez que c’est la nécessité du COVID qui nous a contraint à éliminer les repas avec viande et de l’autre côté vous développez un discours en disant qu’il faut réduire drastiquement la consommation de viande.

Nous, nous avons une pensée contraire. Nous pensons que nous devons construire un rapport ville-campagne avec – en particulier – des accords avec les producteurs locaux de manière à faire en sorte que nous développions de véritables filières locales. On ne peut pas avoir un discours sur les circuits courts et en même temps bannir certains secteurs de nos coopérations.

Monsieur le maire, vous devez très vite redresser le discours en disant qu’à l’avenir nous souhaitons construire avec les producteurs, avec les éleveurs, avec l’ensemble de la filière agricole une vraie politique et donc mettre une viande de bonne qualité dans les cantines scolaires.

Vous aurez ainsi réduit toute polémique !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.