Ce lundi matin 16 novembre, la Commission permanente va délibérer sur des sujets clés pour notre territoire.

Cette Commission a lieu à huis clos alors que plusieurs décisions importantes pour les grandes Lyonnaises et les grands Lyonnais sont prises sans la présence de la presse, garante de la transparence des décisions de l’Assemblée et de la bonne émission de l’information à nos concitoyens.

Vote des mesures d’aide à la crise sanitaire

Tout d’abord, pour répondre à l’urgence de la crise sanitaire et économique, la majorité propose au vote un package de 16 mesures, sans réelle cohérence et colonne vertébrale. Plus de deux semaines après la mise en place du nouveau confinement, ces mesures s’apparentent fortement à une simple reprise des mesures décidées lors du premier confinement, sans réelle mesure de l’urgence économique et sociale.

Aider 5 associations sur 70 identifiées et 150 commerces sur 6500, ce n’est ni concret ni suffisant.
C’est pour proposer une solution concrète et qui puisse répondre rapidement à la problématique de ce secteur d’activité que le groupe Inventer la Métropole de demain a proposé au Président Bruno Bernard d’inscrire la création d’une plateforme de e-commerce métropolitaine locale à l’ordre du jour de notre commission permanente. Nous regrettons que rien n’ait été décidé dans ce sens.

Quel rôle de l’élu métropolitain dans les décisions de l’exécutif ?

Depuis le début du mandat, l’organisation politique imposée par le nouvel exécutif remet en question le rôle du conseiller métropolitain au sein de l’assemblée.

C’est dans ces conditions que des délibérations méritant un débat public ont été présentées et votées en Commission permanente. Il en est ainsi de la suppression du dépose-minute gratuit dédié à la gare Part-Dieu et de la candidature de la Métropole de Lyon en tant que collectivité hôte du tournoi de football olympique #JO2024. Vous trouverez nos interventions sur ces sujets dans le dossier de presse ci-joint.

Dans le même temps, une décision non concertée avec les conseillers métropolitains a été dévoilée par voie de presse. En effet, une évolution majeure dans le dispositif Zone à faible émission a été décidée par l’exécutif seul : d’ici la fin du mandat en 2026, seuls les véhicules disposant des vignettes Crit’Air 0 et 1 seront autorisés dans le périmètre de la ZFE. Cette mesure concernerait les professionnels comme les particuliers.

Cette annonce intervient alors qu’un groupe de travail sur la ZFE, associant les groupes politiques, vient d’être mis en place. Alors même que ce groupe n’a pas encore été réuni officiellement, qu’elle pourrait être son utilité vu que les décisions ont déjà été annoncées ?

Ces actions s’inscrivent dans la continuité de ce que nous observons depuis le début du mandat : une majorité qui maintient un simulacre de débat et de concertation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.