Intervention Delphine Borbon 

L’égalité entre les femmes et les hommes est acquise en droit et constitue un des principes fondamentaux de la République.

De nombreux progrès législatifs et réglementaires sont constatés ces dernières années. Toutefois, la question de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes peine à se concrétiser dans les faits et reste au cœur des enjeux de nos politiques publiques, tant économiques que sociales.

La ville de Lyon s’est engagée depuis de nombreuses années à la promotion des droits des femmes et de l’égalité femmes/hommes. En 2008, la ville a inscrit dans son plan de mandat, alors intitulé « notre projet pour Lyon » différents engagements en faveur de cette politique.

A suivi en 2009, la création du conseil pour l’égalité femmes/hommes, toujours d’actualité et qui, ces dernières années, s’est réuni très régulièrement. Ce conseil est une commission extra-municipale qui réunit les associations féministes et féminines de Lyon, les partenaires sociaux, des personnalités qualifiées ou encore des représentants institutionnels, mais aussi les élu.e.s d’arrondissement délégués à cette thématique et l’élu.e chargé de cette délégation au niveau de la mairie centrale.

Dans ce nouveau mandat, l’adjointe chargée de l’égalité femmes-hommes a vu sa délégation s’élargir, la mémoire, les cultes, la spiritualité lui ont été ajoutés. Nous espérons que l’égalité femmes/hommes ne se trouvera pas noyée au milieu de ces différentes thématiques.

En 2012, Gérard Collomb, alors maire de Lyon a signé la Charte Européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale. Un plan de 65 actions avait alors été élaboré pour 2 ans, de 2012 à 2014. Il a vu, à l’époque, sa réalisation atteindre 79 % avec notamment la création des 3 premiers hébergements d’urgences pour les violences faites aux femmes donnés en gestion à l’association le Mas, le soutien à la santé sexuelle et reproductive pour les femmes ou encore la mise en place d’une clause de non-discrimination dans les marchés publics de la ville.

Le 14 mars 2016, un second plan d’action « Cultivons l’égalité femmes-hommes à Lyon » a été voté pour une période de 4 ans de 2016 à 2019.

Cette seule dernière année, 73 actions étaient proposées dans le cadre de l’intégration de l’égalité dans différentes politiques publiques et de la diffusion dans les services de la ville de nombreux projets portés à la connaissance des lyonnais.

Dans ce bilan 9 actions restent en cours ou à initier, 56 ont été réalisées. Parmi ces dernières en voici une liste non-exhaustive, sans ordre de classement :

La charte de coopération culturelle signée par 28 établissements, services ou évènements culturels s’est enrichi de nouveaux objectifs obligatoires à atteindre.

La publication du guide pour la santé des femmes

Des évènements marquants autour des journées du 8 mars et du 25 novembre

Des progrès dans la prise en compte des violences faites aux femmes en structurant le réseau des acteurs impliqués sur notre territoire

L’accueil de la coupe du monde de football féminin. Le fait d’avoir fait simplement acte de candidature montrait l’importance que la ville de Lyon accordait à l’égalité femmes/hommes en luttant aussi contre les stéréotypes.

La ville de Lyon s’est aussi fortement impliquée dans l’égalité professionnelle entre les sexes au sein de sa collectivité.

La féminisation des effectifs de la ville a rejoint les moyennes nationales (qui doivent encore être augmentées) et tend surtout à les dépasser dans certaines catégories.

Depuis 2014, on constate une évolution constante du nombre de femmes employées en catégorie A et 2019 l’a montré significativement.

Les catégories B et C restent dans les moyennes nationales.

Dans le détail, un clivage sexué perdure selon les filières. Aux femmes les métiers de l’administration, de la santé ou de la culture, aux hommes le technique et la sécurité…. Ce n’est pas propre à la ville de Lyon, c’est une réalité dans le monde du travail dans le public ou le privé.

Ces présentations nous permettent d’affirmer que la mixité est un objectif à atteindre car les équipes de travail y trouveront nécessairement des bénéfices.

Notre pays, notre ville sont, comme beaucoup d’autres, impactés lourdement par l’épidémie de COVID 19. La crise économique et sociale qui en découle accroît les inégalités entre les femmes et les hommes. Les stéréotypes existent, ils sont toujours bien ancrés dans les pays du G7. Les femmes, par leurs professions ou leurs situations personnelles sont, nous l’avons déjà évoqué dans cette assemblée, plus à même d’être touchées de manière directe ou indirecte par le coronavirus. N’oublions pas les violences dont elles sont encore plus victimes pendant cette période.

La ville de Lyon, je viens d’en dire quelques mots, a initié et mis en application une politique active et volontariste pour la défense de l’égalité femmes-hommes et des droits des femmes, lors des précédents mandats.

Nous suivrons avec attention votre volonté de « budgétisation séxospécifique » et nous accompagnerons la continuité que vous donnerez aux orientations et décisions de cette politique.

Nous voterons favorablement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.