Monsieur le Maire, la transition écologique est un défi ou chaque être humain doit apporter sa contribution, à sa manière, avec ses moyens, ses croyances, ses désirs, sa profession, ses goûts, sa couleur politique, sa religion… 

Notre devoir, en tant qu’élus, c’est d’apporter des moyens pour accompagner chaque Lyonnaises et chaque Lyonnais dans cette transition écologique, peu importe qui elle est, ce qu’elle pense ce qu’elle mange ou comment elle se déplace.

Ludovic Hernandez

Intervention de Ludovic Hernandez

Monsieur le Maire mes chers collègues,

Combien pensez-vous qu’il y a d’écologiste dans ce conseil ? 73, c’est-à-dire tous !

Il y a les croyants, les pratiquants et à mon grand désespoir les radicalisées.

Clairement, quand je lis votre délibération sur les nouveaux engagements climatique je constate que vous vous radicalisés de plus en plus.

Malheureusement, la radicalisation ne sert pas la cause écologique, elle sert une idéologie et la vôtre est claire, c’est celle de détruire le monde actuel pour en reconstruire un autre à votre image.

Et c’est là où nous ne sommes pas d’accord, et c’est là où je souhaite pointer le danger. Oui, je dis bien danger ! 

Car dans cette délibération vous déclarez Lyon en état d’urgence ! 

Ces mots ont un sens et en employant ces mots vous vous autorisez tout pouvoir pour restreindre certaines de nos libertés fondamentales et on reconnait bien là votre esprit totalitaire.

Alors oui ! Le dérèglement climatique est un fait indiscutable !

Alors pourquoi en première partie de ce projet vous vous acharnez à créer la terreur en dressant un tableau noir de la ville de Lyon en 20 points plus alarmant les uns que les autres.

Je vous avoue que je n’en comprends pas le but, si ce n’est que de faire du clientélisme. 

D’ailleurs certains points que vous citez sont parfois tellement accentué qu’on pourrait malheureusement les contester.

Sincèrement, croyez-vous qu’il ne serait pas plus utile de souligner également que grâce aux efforts faits collégialement depuis 2000 la qualité de l’air n’a jamais été aussi bonne.           

N’est ce pas là un point positif qui galvaniserait nos efforts et redonnerai espoir et éviterais de sombrer dans ce catastrophisme que vous aimez tant.

Dans cette deuxième partie, que vous appelez « proposition », 

Petit A  : Déclaration l’état d’urgence climatique 

Je rappelle L’état d’urgence est fait pour une situation exceptionnelle qui a pour conséquences des restrictions sur nos libertés. 

Je pense donc que chacun à due se poser la question !

Combien de temps cela va durer ?

Réponse : Tant que la neutralité carbone ne sera pas atteinte à l’échelle planétaire ! Autant vous dire que ça va être long… très long…

Entre l’ ÉTAT d’urgence sanitaire et l’ÉTAT d’urgence climatique je me dit qu’on n’est pas près de retrouver nos libertés mais bon restons positif ça va créer de l’emploi chez nos amis psychologues et psychiatres. 

Vous écrivez également, je cite « La ville affirme que la transition écologique est l’opportunité d’inventer à Lyon des manières de « bien vivre », et vous poursuivez, d’habiter, de se déplacer, de manger, de travailler, de consommer, de se former, de se cultiver, de s’engager, de se distraire, de s’épanouir…

Soyons clair, c’est le « Comment Vivre » que vous voulez nous imposer !

En petit B : Faire du climat un fils conducteur du plan de mandat

Le titre est alléchant et on y adhère complétement.  Cependant, comme tout le reste on y retrouve des absurdités qui dévoile non pas des actions pragmatiques qui servirons l’écologie, mais simplement des slogans :

Alors je vous remercie car crace à vous j’ai découvert que Lyon va se réconcilier avec le vivant… 

Effectivement dans votre imaginaire, avant vous, les arbres ne poussaient pas, les fleurs ne fleurissaient pas et les oiseaux ne chantaient pas. 

Je suis certain que les agents de la ville qui gère les espaces verts apprécierons.

On apprend également que Lyon va devenir impliquante, pour faire société autrement, pour donner envie, donner confiance… 

Encore une fois, dans votre imaginaire, avant vous, Lyon était une ville désertique et personne ne voulait y habiter. 

Enfin si, nous les réac, je crois que c’est comme ça que nous nomme certains maires de votre majorité.

D’ailleurs parlons-en de ces réac qui sont attachés à leurs voitures et ils m’ont demandés de vous poser une question : quel est votre budget pour le déploiement des bornes électriques qui serviront à recharger leurs voitures propres ?

Il semblerait que vous les avez oubliés. 

Pourtant vous n’êtes pas sans savoir qu’en 2030 une voiture sur 2 sera électrique.

Je ne vais pas dénoncer toute la démagogie inscrite dans cette délibération car nous risquerons de prolonger ce conseil jusqu’à dimanche…

Monsieur le Maire, la transition écologique est un défi ou chaque être humain doit apporter sa contribution, à sa manière, avec ses moyens, ses croyances, ses désirs, sa profession, ses goûts, sa couleur politique, sa religion… 

Notre devoir, en tant qu’élus, c’est d’apporter des moyens pour accompagner chaque Lyonnaises et chaque Lyonnais dans cette transition écologique, peu importe qui elle est, ce qu’elle pense ce qu’elle mange ou comment elle se déplace.

Voilà c’est ce que nous citoyen écologiste du Groupe PourLyon appelons l’écologie positive c’est cette écologie qui garantit nos libertés et c’est cette écologie qui garantit le vivre ensemble.

Cette délibération transpire tellement votre idéologie que nous sommes obligé de voter contre, mais soyez en sûr cela ne nous empêchera pas de continuer nos devoirs de citoyen écologiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.