Alors qu’en janvier dernier, les Verts ont refusé de voter l’attribution d’une subvention au nouvel Institut franco-chinois de Lyon, Richard Brumm est intervenu en séance à l’occasion de la nomination du représentant métropolitain au sein de l’institut pour demander à la majorité de clarifier sa position vis-à-vis de l’Institut. 

L’occasion également de rappeler que l’Institut constitue un modèle de réussite alliant développement culturel et économiques et duquel les Verts ont tout intérêt à s’inspirer.

Intervention de Richard Brumm

Monsieur le Président, 

Mesdames, Messieurs les conseillers Métropolitains,

Mes chers collègues,

Lorsqu’est tombé l’ordre du jour de cette séance, mes collègues et moi avons été agréablement surpris de découvrir que la métropole continuait de tenir son rôle de rayonnement à l’international en procédant à une nomination au sein du Nouvel Institut Franco-Chinois.

En effet, on aurait pu croire le contraire avec certaines déclarations sur nos rapports avec la Chine. Mais nous sommes ravis de ce revirement au service du rayonnement international de notre Métropole et de ses habitants.

Je sais que ce n’est pas notre collègue de la majorité Pierre Millet qui me contredira sur ce point tant il vante et promeut ce modèle Chinois. Je lui reconnais néanmoins plus de verve et d’ardeur que moi dans la défense de celui-ci !

Rappelons l’histoire multiséculaire qui lie Lyon et la Chine depuis les premières routes de la Soie.  

L’histoire de l’Institut franco-chinois de Lyon, fondé en 1921, et qui fut la 1ère université chinoise hors de Chine. Symbole de la politique d’ouverture de la Chine aux études occidentales au début du XIXe siècle.

Liens réactivés avec la venue en 2014 du président chinois, Xi Jinping, à Lyon. Rappelons tout de même qu’il est d’abord venu à Lyon plutôt qu’à Paris !

Puis la mobilisation collective des élus de la majorité précédente et d’acteurs économiques a abouti à la création de ce nouvel institut sous la forme d’une association. Nous vous invitons à vous en inspirer. Car c’est ainsi que nous avançons sur ce territoire, collectivement avec tous les acteurs. Pas contre eux ou en opposant les uns aux autres.

Bibliothèque, salle d’exposition, résidence d’artiste, centre universitaire, lieux ressources pour les entreprises : cet institut, c’est tout cela à la fois mais pas uniquement. C’est aussi le renforcement des relations entre la Métropole de Lyon et la Chine qui débouche sur l’implantation d’entreprises. La culture comme passerelle.

J’en profite ici pour saluer l’action de Candice de Chayla à la tête de cet institut devenu incontournable et participant activement à l’activité évènementielle de la Métropole. 

Le musée rouvrira ses portes au public en janvier 2021 avec une nouvelle scénographie pour lancer les célébrations du centenaire de la création de l’Institut Franco-Chinois de Lyon. Alors, mes chers collègues de la majorité, je vous invite à passer les portes de cette Cité vraiment pas interdite.

Je vous remercie.

Richard Brumm 

  


Conseil de la Métropole du 5 octobre 2020

Rapport n°2020-0152 : Assemblée générale et conseil d’administration de l’association Nouvel institut franco-chinois – Désignation d’un représentant du Conseil

Intervention de Richard Brumm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.