Intervention de Louis Pelaez en commission permanente du 11 avril 2022

Dans ce dossier d’attribution d’une subvention au festival Alternatiba, vous avez, Monsieur le Président, vous-mêmes tout dit dans le communiqué de presse qui se félicite de l’atterrissage de l’évènement sur notre Métropole.

Je vous cite : « Accueillir le premier et plus grand festival climat est une fierté pour l’exécutif de la Métropole de Lyon. Nous espérons que cet événement inédit saura éveiller les consciences et sensibiliser citoyennes et citoyens face à l’inaction des gouvernements pour lutter contre le dérèglement climatique. »

Le festival Alternatiba serait donc « le premier et plus grand festival climat ». Les équipes du festival Woodstower, engagées depuis près de 22 ans pour monter des évènements festifs exemplaires sur le plan environnemental apprécieront cette remarque et la considération dont vous faites preuve pour leur travail.

En effet, quelle est la logique à l’œuvre derrière l’accueil de ce nouveau festival ? 

On parle bien de deux évènements : 

  • axant leur action sur l’écoresponsabilité ;
  • se tenant tous deux dans le même endroit, au parc de Miribel-Jonage ; 
  • tenus à moins de 7 semaines d’écart, au cœur de l’été.;
  • Attendant chacun une jauge similaire de l’ordre de 30 000 festivaliers ;

Woodstower et Alternatiba : deux évènements qui se retrouvent donc en concurrence directe. Et cela alors que les acteurs culturels nationaux alertent sur la multiplication du nombre de festivals, ce qui pose la question de la viabilité économique de ce secteur 

Pour rassurer, vous nous précisez à l’oral que cet évènement n’est destiné qu’à être une One-shot, avant de tourner les années suivantes dans le reste de la France. Rien n’est pourtant précisé dans la délibération pour accréditer cette idée. 

Et on peut sérieusement se poser la question de la pérennité de l’évènement sur notre territoire quand on sait que l’association porteuse du festival est domiciliée… dans les locaux d’Alternatiba Lyon !

D’un point de vue culturel, l’accueil de ce nouveau festival ne répond donc à strictement aucune logique.

Cela vous importe peu. Car comme vous le reconnaissez vous-mêmes, vous n’accompagnez pas le Festival comme un évènement culturel en soi, mais au titre de l’accompagnement des changements de pratiques de nos citoyens face à la transition écologique.

En effet, l’évènement n’est pas financé au titre des dispositifs culturels de la Métropole, mais des actions du Plan Climat. C’est donc bien la reconnaissance que l’aspect culturel n’est pas ce qui prime ici.

C’est aussi bien pratique car ce financement ne relève d’aucun cadre précis. Contrairement à la politique culturelle, il n’y a pas de dispositifs clairs dans le plan Climat pour venir encadrer l’attribution de subventions.

Il est certain qu’au niveau des critères d’éligibilité au titre des dispositifs culturels de droit commun, il n’aurait pas été possible de justifier les 80 000 euros d’argent public attribués à une association créée il y a moins d’une année.

Après l’épisode OXFAM subventionnée en dehors de tout dispositif d’aide aux manifestations sportive, voilà Alternatiba. 

Les associations qui ne bénéficient pas de vos largesses et qui doivent remplir des dossiers de demande classiques en étant soumise à des règles très précises, apprécieront une fois encore le message envoyé.

Au fond, l’objectif de la manifestation est très clair. C’est, et je vous cite, Monsieur le Président de :« sensibiliser citoyennes et citoyens face à l’inaction des gouvernements pour lutter contre le dérèglement climatique. »

Alors là, reconnaissez qu’avec vos propos, on flirte très dangereusement avec les limites de ce qui est autorisé en termes de justification d’octroi de subventions. 

En effet, faut-il vous rappeler le principe de neutralité politique des actions des collectivités territoriales, notamment dans l’attribution des subventions ? 

Le Conseil d’État est très clair : une séparation nette doit être présente entre les activités subventionnées relevant de l’intérêt public local et celles donnant lieu à une activité militante, qui ne peuvent pas être subventionnés.

Or vos propos sur un festival censé « sensibiliser les citoyens face à l’inaction des gouvernements pour lutter contre le dérèglement climatique » jettent le trouble sur la séparation entre ce qui relève de l’intérêt local et de l’objectif politique et militant du Festival.

D’autant plus quand on sait que l’association financée n’est que le porteur de projet d’Alternatiba, un mouvement qui revendique de faire de la politique.   

D’autant plus quand dans l’objet de l’association porteuse du Festival et déposé en préfecture est bien précisé qu’il « s’agit d’organiser un Festival à l’échelle nationale […] et un temps de mobilisation pour les bénévoles du mouvement. »

Pour s’assurer du bon emploi des deniers publics, nous souhaitons avoir communication des annexes n°1 « Programme d’actions de l’association » et n°2 «Budget prévisionnel » mentionnées dans la convention mais n’y figurant pas.  

Nous voulons aussi avoir accès à la comptabilité analytique détaillée de l’évènement pour nous assurer que les fonds de la Métropole ne financent pas d’activités militantes, notamment les temps de mobilisation évoqués dans l’objet de l’association.

Nous n’avons d’ailleurs pas eu de suite à notre demande d’éléments budgétaires complémentaires faite en commission :

  • Pourquoi la Métropole finance-t-elle l’évènement ? Et pourquoi 80 000 euros ?
  • Quels sont les autres partenaires publics qui financent l’évènement pour un total de 183 000 euros ?

Parmi ces partenaires, on peut supposer qu’il y a une valorisation, au moins en nature du Parc de Miribel Jonage. 

Pourtant, Madame la Présidente du SYMALIM, syndicat propriétaire du Grand Parc, et qui présidait la commission où était étudiée cette délibération, n’a pas été en mesure ou n’a pas souhaité apporter d’éléments complémentaires. 

Tout cela mis à bout, on ne peut que s’interroger sur les conditions dans lesquelles ce dossier a été instruit. Nous n’oublions pas les liens qui unissent votre majorité à Alternatiba. 

Un certain nombre d’élus sur vos bancs sont passés par cette association et vous avez même recruté un de leurs anciens porte-parole dans votre cabinet.

Alors nous sommes ici entre nous mais pensez à l’image que vous renvoyez à l’extérieur avec ce genre de dossiers. À l’incroyable hypocrisie que cela dénote par rapport à votre discours sur les lobbys, la République des copains.

À mes collègues socialistes, communistes : comment pouvez-vous laisser passer des dossiers pareils ?

Nous voterons contre cette délibération. 



Commission permanente du 11 avril 2022

N° 2022-1280 -Plan climat – Attribution d’une subvention à l’association Festival Alternatiba pour l’organisation du Festival Alternatiba 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.