Jeux olympiques et paralympiques (JOP) 2024 de Paris ouvre la voie à l’accueil d’une partie de la compétition en dehors de la région francilienne. C’est dans cette optique que la Métropole de Lyon souhaite déposer un dossier de candidature pour accueillir une partie des épreuves de football olympique et paralympique.

Nathalie Frier est intervenue au nom du groupe pour ce réjouir que cette candidature soit conforté, au vu des déclarations d’intentions des Verts face aux évènements sportifs d’envergure.

Intervention de Nathalie Frier

Monsieur le Président, Chers collègues,

L’histoire entre les JO et l’agglomération lyonnaise est longue et sinueuse. Elle se constitue surtout d’une suite d’actes manqués :

  • Les Olympiades de 1920 et le désistement au profit d’Anvers (Belgique)
  • Les JO d’été 1968 et sa polémique autour du choix de la ville retenue par le jury
  • Les Jeux de 2004 où le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) lui préféra le dossier de Lille

L’Histoire, avec un grand H, retiendra peut-être que ces jeux sont enfin arrivés à Lyon par le biais de JO, domiciliés…à Paris. 

Douce ironie dans un pays qui reste marqué par un centralisme excessif, alors que nos consœurs Amsterdam, Barcelone et bientôt Milan en 2026 ont été capables d’héberger ces jeux, et d’être, le temps de la compétition le centre du monde. 

La capitale ouvre donc la voie à une décentralisation partielle de ces jeux. Alors, soit ! Accueillons-les et faisons en sorte de ne pas inscrire leur passage à Lyon par la petite porte !

C’est pour cela que notre groupe se réjouit de la décision de la Métropole de candidater pour accueillir le tournoi de football olympique.

Voilà une décision pragmatique ! Motivée par la promotion de la pratique sportive et les impacts positifs que l’accueil d’un tel évènement saura générer. 

Nous sommes heureux de constater, Monsieur le Président, que la poursuite de la politique d’attractivité, sans oublier votre amour de l’OL féminin, ont plus de poids que les déclarations de vos coreligionnaires sur ce type de manifestations.

Nous n’oublions pas l’obtention du label « terre de jeux ». Car les JO ne sont pas qu’un spectacle. C’est aussi l’opportunité d’être une base arrière pour former et accueillir les athlètes et leurs équipes.

Nous avons hâte de connaître votre feuille de route pour célébrer ces JO comme il se doit et faire vivre les sites retenus.

Seule ombre au tableau, nous nous interrogeons sur le manque d’informations financières qu’il a été possible de nous apporter en commission sur le coût de ces opérations. Si la délibération proposée ce jour n’engage pas financièrement la collectivité, il semble difficilement concevable que vous vous engagiez sur ce dossier sans avoir une idée du coût de l’accueil de cette manifestation.

Nous regrettons également que cette délibération doive être examinée en commission permanente, et non pas en Conseil. Nous comprenons que le calendrier de dépôt des candidatures soit serré. Cela doit vous amener à réévaluer vos choix concernant le calendrier des instances en inscrivant à l’ordre du jour davantage de Conseils Métropolitain.

Je vous remercie, 

Nathalie Frier


Commission permanente du 16 novembre 2020

Rapport n° 2020-0234 : éducation, culture, patrimoine et sport – Jeux olympiques et paralympiques (JOP) 2024 – Soutien à la candidature de la Métropole de Lyon en tant que collectivité hôte du tournoi de football olympique – Adhésion au label Terre de jeux 

Intervention de Nathalie Frier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *