L’Académie de l’OMS sera structurante car elle vise à se transformer en une organisation apprenante. Elle vise à renforcer les compétences de plus de 7 000 membres de son personnel, ainsi que celles de plus de 10 millions de personnes dans le monde au moyen de l’apprentissage numérique à distance et 60 000 autres grâce à un apprentissage hybride associant présentiel et outils numériques. Sur le site de Lyon ce sont près de 16 000 apprenants qui seront accueillis annuellement et une part importante de leur formation reposera sur l’usage de scenarii et technologies de simulation (mise en situation, apprentissage par la pratique)

L’État, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la Ville de Lyon et la Métropole, fortement impliqués dans le projet porté par l’OMS et l’État français, ont accepté d’apporter leur soutien financier au volet immobilier de celui-ci, pour un montant maximal de 59 300 000 € HT. 

L’implantation de l’Académie de l’OMS à Lyon fait partie de ces beaux projets qui nous rendent fiers d’œuvrer pour l’intérêt général, pour le rayonnement de cette belle ville et de cette Métropole.

Ce projet doit vous pousser à interroger votre politique. Si l’essentiel de la formation de cette Académie sera dispensé à distance, ce sont quand même près de 16 000 apprenants qui seront accueillis annuellement dans notre agglomération.

Cela doit pousser à travailler conjointement avec la Région concernant la desserte ferroviaire de Lyon avec Genève, siège de l’OMS.

Louis Pelaez

Intervention de Louis Pelaez

Monsieur le Président,

L’implantation de l’Académie de l’OMS à Lyon fait partie de ces beaux projets qui nous rendent fiers d’œuvrer pour l’intérêt général, pour le rayonnement de cette belle ville et de cette Métropole.

Les précédentes majorités municipales et métropolitaines ont été pleinement motrices pour aller démarcher cette institution et faciliter son implantation, de concert avec l’État. 

La visite conjointe des nouveaux maires de Lyon et Président de la Métropole à l’OMS en juillet dernier auraient pu laisser croire que nos collectivités seraient restées en pointe sur le dossier.

Force est de constater que c’est pourtant la participation régionale qui a fini par débloquer le tour de table financier du projet.

Cette dernière acceptant de financer, en plus de l’enveloppe initiale de 10 millions d’euros, 50% à part égales avec l’État, du reste à charge du soutien financier des collectivités au volet immobilier du projet.

Lorsque nous vous avons demandé en commission pourquoi la Région avait pris le lead sur ce dossier, pourtant lancé conjointement par la ville de Lyon et la Métropole, vous nous avez laconiquement répondu : « c’est la vie des projets ! »

Cette explication devait probablement se suffire à elle-même pour vous. 

Cela ne manque pas de nous interroger sur ce choix. 

Est-ce pour vous si difficile que d’investir pour le rayonnement et le développement de notre Métropole ? 

Vous nous répondrez que vous vous en êtes tenus aux engagements des précédentes majorités et que si un partenaire du projet faisait le choix de financer davantage le projet alors soit.

Mais ce faisant, vous avez perdu la main sur ce projet. Sur ses contours et son devenir éventuel.

Car la Région sera seule propriétaire du bâtiment. Cela alors qu’il aurait été possible d’imaginer des solutions de copropriété. En fonction par exemple du taux de financement de chacun. 

Aussi, cela témoigne un certain déclassement. Les relations bilatérales avec le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur-général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne seront plus assurées par le maire de Lyon et le Président de la Métropole.

Rappelons que cette implantation n’a pourtant rien d’hors-sol pour notre territoire. De multiples interactions locales sont à prévoir avec par exemple des sessions de stress test pour la prise en charge de victimes dans les cas de catastrophes de grande ampleur en lien avec nos pompiers.

La question qui se pose est finalement assez simple : à notre place au mandat précédent, vous seriez-vous battus pour permettre l’implantation de cette institution à Lyon ? 

Vous battrez-vous pour qu’il y ait de nouvelles implantations qui fassent rayonner notre territoire ?

C’est bien la vision de notre territoire et de son attractivité qui est en jeu. 

Ce projet doit vous pousser à interroger votre politique. Si l’essentiel de la formation de cette Académie sera dispensé à distance, ce sont quand même près de 16 000 apprenants qui seront accueillis annuellement dans notre agglomération.

Cela doit pousser à travailler conjointement avec la Région concernant la desserte ferroviaire de Lyon avec Genève, siège de l’OMS.

L’accessibilité du site est un vrai sujet et pour faire venir des cadres de santé du monde entier, nous avons besoin de l’aéroport de Lyon.

Je vous remercie.

Louis Pelaez


Conseil de la Métropole de Lyon du 21 juin 2021

Dossier N° CP-2021-575 – développement économique, numérique, insertion et emploi – Académie OMS – Convention- cadre partenariale de soutien au projet d’implantation entre l’État, la Région Auvergne-Rhône- Alpes, la Ville de Lyon, la Métropole de Lyon et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) – Attribution d’une subvention d’équipement au profit de la Région Auvergne-Rhône-Alpes – Individualisation totale d’autorisation de programme 

Intervention de Louis Pelaez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *